Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zaliv : le chantier naval qui rêvait des Mistrals

27 Avril 2016 , Rédigé par Khan Publié dans #Chantiers navals

Le chantier naval Zaliv. Source : Sudostroenie.info

Le chantier naval Zaliv. Source : Sudostroenie.info

Le chantier naval criméen Zaliv cherche à se positionner dans la perspectives de futurs contrats que le ministère russe de la Défense pourrait passer pour des navires à très fort tonnage.

 

Le gouvernement russe souhaite faire du secteur des constructions navales un des ressorts de croissance du pays, et dans sa volonté de mettre à profit la période des sanctions pour développer les capacités industrielles nationales, il a pour ambition de développer ce secteur tous azimuts (enseignement, recherche, techniques de construction, technologie etc.). Cette difficile mission incombe au ministère russe de l'éducation et de la science.

Le chantier naval Zaliv, situé à Kertch, en Crimée, entend bien profiter des opportunités offertes par ce contexte et par les potentielles commandes de grands bâtiments de surface que pourrait passer le MinDéf russe au cours des prochaines années. A cette fin, le chantier a récemment modernisé ses installations (nouvelles installations électriques, restauration de la toiture, nouvelles grues etc.). Depuis la chute de l'URSS, Zaliv a en effet souffert du sous financement qui a caractérisé le secteur des constructions navales ex-soviétiques, et les investissements ukrainiens y ont été presque nuls. C'est lors de la cérémonie inaugurale que son directeur a déclaré que son entreprise était techniquement apte à construire des Mistrals. Au fait des limites de son chantier, le directeur a toutefois précisé que Zaliv avait besoin des technologies et des compétences indispensables à la construction de bâtiments à très fort tonnage...

Derrière la comparaison avec les BPC, l'idée est surtout d'attirer l'attention sur les capacités de construction assez uniques de Zaliv, en comparaison de celles des chantiers russes. Zaliv dispose en effet d'une cale sèche de 360 mètres de long et 60 mètres de large, ce qui en fait une des plus grandes cales sèches de Russie. Près de 2 000 personnes sont employées par le chantier qui constate en outre, selon son directeur, un retour de la main d’œuvre qualifiée depuis l'annexion de la Crimée par Moscou.

Le chantier avait notamment fourni à la marine soviétique 7 frégates du Projet 1135 (3 200 tonnes). Toutefois, depuis 1991, il survit grâce à des contrats de maintenance et en construisant des bâtiments civils de tonnages variables. En ce moment, Zaliv achève la construction de 2 navires de sauvetages et de 2 tankers. Le chantier naval contribue toutefois a un autre projet : celui du pont de Kertch, qui doit relier la Crimée à la Russie continentale. A cet effet, il s'est doté d'une quinzaine de grues capables de soulever des unités de 100 tonnes. Il s'agit bien là d'un des nombreux aspects problématiques pour le développement de Zaliv. Situé en Crimée, il se trouve sous le coup des sanctions occidentales qui frappent la péninsule, et le fait qu'il prenne part au chantier du pont de Kertch "alourdi" encore la note puisque les entreprises contribuant à ce projet sont aussi concernées par d'autres sanctions. En outre, le chantier criméen constate impuissant les plans de modernisation du chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg) où il est prévu de construire d'ici à 2024 une cale sèche de 400 mètres de long et de 70 mètres de large. Il ainsi fort probable qu'à moyen terme, l'activité de Zaliv porte sur la maintenance de bâtiments et la construction de navires civils. Non loin de là, à Sébastopol, OSK (le consortium russe des constructions navales) a décidé d'établir un centre de réparation navale, qui devait initiallement être créé à Novorossisk. L'avenir semble compliqué pour Zaliv... 

 

Source : Vedomosti, Sudostroenie.info, RIA Novosti, i-Mash, VPK News.

Le chantier naval Zaliv. La grande cale sèche est nettement visible. Photo Google Earth.

Le chantier naval Zaliv. La grande cale sèche est nettement visible. Photo Google Earth.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article