Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amiral Kouznetsov : l'appel du Levant

6 Juillet 2016 , Rédigé par Khan Publié dans #Porte-avions, #Aéronavale

Le pont d'envol du PA Amiral Kouznetsov. Source : TASS.

Le pont d'envol du PA Amiral Kouznetsov. Source : TASS.

L'unique porte-avions russe, l'Amiral Kouznetsov, devrait être déployé en Méditerranée entre le mois d'octobre prochain et janvier 2017, avec un groupe aérien composé de 15 appareils, et pourrait être impliqué dans des opérations en Syrie.

 

La démonstration des capacités militaires russes en Syrie pourrait bien reprendre dès le mois d'octobre prochain. En tout cas, la Russie entend s'en donner les moyens en annonçant le déploiement de l'Amiral Kouznetsov (Projet 1143.5, flotte du Nord), qui avait été déjà reporté à quelques reprises au cours de ces derniers mois. Ces reports - il était question que le PA puisse se trouver en Méditerranée dès cet été voire avant - sont dus aux retards accumulés dans le programme de certification des pilotes de MiG29K/KUB qui s’entraînent en Crimée, et non pas à l'entretien du PA, qui fera l'objet d'un cycle de modernisation dès son retour de déploiement, en 2017. L'Amiral Kouznetsov se trouve actuellement à quai à la 35e usine de réparation navale (Mourmansk) où il est en phase de préparation technique en vue de son prochain déploiement. Le dernier déploiement du PA russe en Méditerranée remonte à décembre 2011- février 2012.

Un groupe aérien en voie de renouvellement

L'Amiral Kouznestov devrait embarquer un groupe aérien composé de Su-25UTG, de Su-33, et de MiG-29K, mais visiblement pas de MiG-29KUB (version biplace), en tout cas, l'annonce n'en a pas encore été faite. Il est également possible que le PA emporte avec lui un détachement d'hélicoptères d'attaque Ka-52K, initialement conçus par Kamov pour doter les BPC russes. Ce groupe aérien - dont les premiers Su-25 et Su-33 sont déjà arrivés sur la PA pour former la 279e régiment aérien autonome de chasseurs embarqués de l'aviation navale - conférera au PA les capacités de mener des frappes aériennes et des missions d'appui feu à terre, en plus de sa traditionnel mission de A2/AD (pour lequel il est conçu).

Certaines voix ont suggéré en Russie que l'Amiral Kouznetsov soit déployé en permanence en Méditerranée. Il s'agit toutefois d'une perspective très peu probable dans la mesure où, outre les aspects financiers, un tel déploiement nécessiterait des infrastructures dont la Russie ne dispose par dans le bassin méditerranéen. Le point d'appui technique de Tartous ne peut en effet subvenir à l'entretien d'un tel bâtiment. Toutefois, il est intéressant de constater que, dans les milieux navals et maritimistes russes, cette proposition n'est pas nouvelle, et qu'elle avait déjà était mise en avant au cours des années 2000.

De retour sur le polygone syrien ?

Les capacités offensives de l'Amiral Kouznetsov pourraient ainsi être testées en conditions opérationnelles dès l'automne prochain, dans une démonstration de force qui, si elle a lieu, n'aurait guère d'utilité sur le terrain syrien - la Russie y dispose toujours de la base aérienne Hmeimmim -, mais qui constituerait un signal fort envoyé à qui veut bien l'entendre (OTAN, États-Unis en premier lieu), à la manière des tirs de missiles Kalibr réalisés lors de la phase active de la campagne aérienne russe entre le 30 septembre et le 14 mars dernier, depuis la Caspienne et la Méditerranée orientale. Cette démonstration, en crédibilisant un peu plus encore les moyens conventionnels russes, enverrait aussi un signal à la Chine et l'Inde, avec qui la Russie réalise chaque année des exercices navals. Moscou, à travers ces démonstrations de forces, souhaite aussi s'ériger comme un potentiel partenaire de sécurité fiable disposant de moyens crédibles, et pouvant donc contribuer à d'hypothétiques futures opérations dans le cadre d'une coalition internationale.

Dans le contexte de dépérissement des budgets de défense qui affecte les armées de la communauté euro-atlantique, la Russie souhaite apparaître comme un partenaire disposant de ressources complémentaires, de capacités et du cran politique nécessaire à la mise en œuvre d'opérations militaires vis-à-vis desquels les Occidentaux se montrent de plus en plus frileux politiquement, et contraints financièrement.

Sources : Lenta, Vzgliad, VPK name...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article