Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un nouveau projet de corvette pour la marine russe

7 Septembre 2017 , Rédigé par Khan Publié dans #Projet 20385, #Projet 20380, #Projet Brise

Un nouveau projet de corvette pour la marine russe

Alors que le nouveau programme d'armement 2018-2025 doit être promulgué au cours des prochaines semaines, les chances sont maigres de voir la marine tirer son épingle du jeu. La flotte a pourtant vu son périmètre d'activité s'accroître au cours des 10 dernières années tandis que son spectre de missions s'est élargi, comme l'a démontré son engagement dans les opérations de la Russie en Syrie. Le besoin accru en polyvalence conjugué au vieillissement de plateformes ex-soviétiques et aux contraintes budgétaires devraient orienter les choix des décideurs russes en matière de commande de nouvelles plateformes. En ce qui concerne les nouveaux bâtiments de surface, les corvettes semblent plutôt bien adaptées aux attentes de la marine tout en répondant aux exigences de rationalisation budgétaire.

A chacun son tour...

Si le plan d'armement 2011-2020 avait fait la part belle à la marine qui avait reçu près de 25% des crédits alloués à sa mise en œuvre (environ 4 700 milliards de roubles pour une enveloppe totale estimée à près de 20 000 milliards de roubles), le prochain plan qui portera sur le période 2018-2025 devrait privilégier les forces terrestres et aéroportées. Les premiers "signaux" semblent en effet indiquer que, dans un contexte de pression budgétaire (prix du brut en berne, sanctions...), la flotte n'obtiendrait que 2 600 milliards de roubles (environ €37 milliards), là où les fonds versés aux VDV (forces aéroportées) et l'armée de terre pourraient atteindre jusqu'à 4 200 milliards de roubles (€60 milliards), pour un budget total qui avoisinerait les 17 000 milliards de roubles (près de €243 milliards). Les rôles devrait ainsi être inversés par rapport au plan 2011-2020. Quelques remarques s'imposent concernant ces chiffres :

  • La flotte recevrait donc 15% du budget 2018-2025, au lieu des 25% du plan précédent, pour une dotation totale moindre (- 3 000 milliards de roubles).
  • Le plan actuel porte sur la période 2011-2020, soit 10 ans, et devait mettre fin à l'hémorragie capacitaire qui caractérisait alors particulièrement la marine. Le plan 2018-2025 portera sur une période de 8 ans et concerne un outil naval en moins mauvais état qu'au début de la décennie.

Au demeurant, la flotte devra consentir un effort de rationalisation qui se ressentira notamment sur la nature des nouvelles commandes de plateformes. La qualité devrait être ainsi privilégiés sur la quantité.

La corvette, future "star" du plan 2018-2025 ?

Dans ce contexte, la mise sur cale d'une "flotte bleue" - tant attendue par certains et redoutée par d'autres au sein du VPK (complexe militaro-industriel russe) - paraît peu probable. Quelques nouvelles unités hauturières tête de série pourraient bien être mises sur cale au cours de la première moitié des années 2020, mais il s'agira plus d'inaugurer une future série que de lancer un programme intégral de nouveaux bâtiments (on peut penser ici au destroyer nucléaire Lider ou au futur LPD russe). En revanche, il apparaît de plus en plus possible que les navires de type frégate et corvette, dotés d'un haut niveau de polyvalence et puissamment armés, soient privilégiés.

C'est dans ce contexte qu'a été dévoilée fin juin au salon naval de Saint-Pétersbourg un projet de nouvelle corvette baptisée "Brise".

Conçue par le bureau d'études Krilov, cette corvette devrait déplacer 1 980 tonnes et disposer de 24 tubes pour missiles de croisières (3 UKSK - le VLS russe) de type Kalibr ou autres, suivant la mission qui lui est affectée. A cela s'ajoute une capacité d'emport de 16 missiles guidés longue portée et 32 de moyenne portée. Les capacités ASM du navire devraient être assurées par la présence d'un hélicoptère (type Ka-27) ainsi que par le système "Paket NK". L'autonomie annoncée est de 15 jours.

L'avantage mis en avant par la presse est le coût unitaire de cette corvette qui serait équivalent à celui d'une corvette lance-missiles de type Buyan-M (Projet 21631), soit 9 milliards de roubles (environ €128 millions). Ce montant n'inclut probablement pas l'armement. La polyvalence de cette future corvette est louée par les commentateurs qui mettent en avant sa polyvalence (lutte ASM, frappe contre des cibles à terre, destruction de cibles en surface, y compris de PA...) et le fait qu'elle est capable d'évoluer aussi bien sur des grands fleuves que dans des zones maritimes éloignées (type Méditerranée orientale). Là aussi, quelques remarques s'imposent :

  • Les corvettes lance-missiles du Projet 21631 disposent d'un déplacement 2 fois moindre - environ 1 000 tonnes - que celui des Brise, or le prix de construction annoncé pour une nouvelle corvette est équivalent...
  • Le déplacement de un peu moins de 2 000 tonnes annoncé pour une corvette surarmée (objectif de polyvalence) paraît "léger" et posera un défi en terme de propulsion. Les "Brise" devraient ainsi disposer d'une propulsion CODAG. Celles du Projet 21631 sont équipées de moteurs diesel...
  • Le design de la corvette rappelle celui du projet de destroyer nucléaire Lider (en bien plus petit).

Plus généralement, le Projet Brise s'ajoute aux autres projets de corvettes déjà en service : celles du Projet 20380 (2 100 t), 20385 (2 300 t) et 20386 (3 400 t). On constate une inflation dans le tonnage de ces bâtiments que le Projet Brise tente cependant de corriger (modulo les réserves émises ci-avant). Le segment des corvettes russes pourrait ainsi s'enrichir d'un nouveau membre, ce qui ne manquera pas de susciter des coûts supplémentaires pour la maintenance, surtout si ces navires connaissent autant d'évolutions que leurs consœurs du Projet 20380 (jusqu'à 6 variantes!).

Conformément aux lignes tracées par la nouvelle doctrine navale russe, les frégates, les corvettes et les petits navires lance-missiles (Projet 22800) pourraient être des plateformes privilégiées dans le volet naval du futur programme d'armement russe. Ces bâtiments permettront à Moscou d'assurer une présence ponctuelle dans les zones maritimes éloignées tout en étant adaptée aux missions de défense des approches maritimes russes et d'interdiction et de déni d'accès (mer Noire, Levant, Baltique...). Les corvettes lance-missiles Zeleny Dol et Serpukhov (Projet 21631) ont ainsi réalisé la circumnavigation de l'Europe, de la mer Noire à la Baltique, à l'automne 2016. Sans rencontrer de problèmes.

MàJ : 08/09/2017 : correction sur les bureaux d'étude et les projets de PA et destroyer Lider.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article