Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur la flotte russe de la mer Noire

21 Mars 2018 , Rédigé par Khan Publié dans #Flotte de la Mer Noire, #Projet 12700, #Projet 11356, #Projet 22160, #Projet 22800

La base navale de Novorossiïsk (09.2017).

La base navale de Novorossiïsk (09.2017).

Le commandant en chef de la flotte de la mer Noire a accordé une brève interview au journal Krasnaya Zvezda ("Etoile rouge") où il passe en revue les évolutions subies par sa formation navale depuis 2014 et l'annexion de la Crimée.

Dans son entretien, l'amiral Alexandre V. Vitko apporte des éléments d'éclairage et des chiffres sur le renouvellement des capacités de la flotte de la mer Noire en rappelant que, jusqu'à 2014, la Russie éprouvait les plus grandes difficultés à entreprendre quoi que ce soit en matière de modernisation compte-tenu de "l'obstruction" dont faisait preuve la partie ukrainienne. Depuis 2014, la situation a fondamentalement changé. Selon l'amiral, la flotte de la mer Noire aurait ainsi reçu 50 nouvelles unités (soutien, combat, service etc.). Ce chiffre peut paraître de prime abord élevé et "gonflé". Cela dit, si l'on compte les 6 SSK du Projet 0636.3, les 2 frégates du Projet 11356M (plus 1 à venir), les vedettes de type Raptor et Gratchnok..., le compte paraît plutôt correct. En moyenne, cela représenterait donc une douzaine de nouvelles unités par an.

Courant 2018, il est prévu que soient versés à la flotte de la mer Noire :

- 2 dragueurs de mines du Projet 12700 (type Alexandre Oboukhov). Sur ce point, il subsiste un doute sur les 2 unités concernées. Le second navire, le Gueorgui Kourbatov, a en effet été endommagé sur cale par un incendie le 7 juin 2016, à Sredniye Nevski. Son ASA serait ainsi repoussée à 2020/2021. L'amiral pourrait donc faire allusion aux 3e et 4e unités du projet, respectivement le Ivan Antonov et le Vladimir Emelianov. Le problème, c'est que la mise à l'eau de ce dernier navire est prévue au printemps 2018...ce qui laisse difficilement augurer d'une ASA d'ici la fin de l'année. Il est plus probable que la flotte de la mer Noire reçoive donc un dragueur de mine du Projet 12700, le Ivan Antonov.

- la frégate Amiral Makarov (Projet 11356M), dont l'acte de recette a été signé le 27 décembre dernier, et qui devrait entreprendre de rejoindre la mer Noire depuis la Baltique "dans les délais les plus courts".

- le petit navire lance-missiles Vichniy Volotchek (Projet 21631) qui poursuit ses essais en mer à Novorossiïsk (problème visiblement avec la puissance déployée par les turbines chinoises), ainsi que le Orekhovo Zuevo.

- le premier patrouilleur du Projet 22160, le Vassili Bikov, en chantier chez Zaliv (Kertch), sera affecté à la nouvelle base navale de Novorossiïsk.

Il convient de remarquer qu'aucune allusion n'a été faite lors de l'entretien à l'égard des petits navires lance-missiles du Projet 22800, équipés de Kalibr.

Autre informations sur la flotte de la mer Noire révélées ces derniers jours :

- les travaux se poursuivent à un bon rythme à Novorossiïsk, où la base pourra, une fois inaugurée, accueillir jusqu'à 60 bâtiments.

- Enfin, le système anti-aérien Pantsir navalisé - présenté lors du dernier salon naval de St Pétersbourg - sera expérimenté en mer Noire, où il sera monté sur la vedette lance-missiles R-71 Shuya (Projet 12417). La plateforme a déjà été amenée dans un chantier naval criméen pour y subir des modifications. De la même manière, les vedettes de ce type (Molniya) affectées à la flotte de la mer Noire recevront de nouvelles torpilles. Cette mesure vise la seule sous-marinade potentiellement hostile, et au minimum concurrente de la Russie en mer Noire : celle de la Turquie, qui poursuit un programme de construction de nouveaux SSK. Le système Pantsir navalisé doit équiper les petits navires lance-missiles du Projet 22800 à compter de la 3e unité.

Au final, cet entretien court donne une photographie de l'état de la flotte de la mer Noire qui paraît assez fidèle à la réalité. Depuis 2014, le rythme de modernisation et de renouvellement des unités s'est considérablement accéléré, en comparaison avec ce qu'il fût dans les années 2000 (proche de 0) et encore au tout début des années 2010. En dépit de défis structurels sérieux (industrie, sanctions, économie...), le programme de modernisation de la flotte de la mer Noire semble fonctionner correctement compte-tenu des objectifs que la Russie s'est assignée en mer Noire.

Pour plus de précisions sur ce sujet, le lecteur est invité à lire mon dernier papier sur ce thème publié fin févier dans The National Interest (en anglais).

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article