Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeux dangeureux en mer d'Azov

12 Septembre 2018 , Rédigé par Khan Publié dans #Flotte de la Mer Noire, #Mer d'Azov, #Crimée, #Russie-Ukraine

Jeux dangeureux en mer d'Azov

Voilà plusieurs mois que la tension monte en mer d'Azov entre Russes et Ukrainiens au sujet de la liberté de navigation. Pour l'instant, les escarmouches n'ont pas dégénéré en accrochages, mais l'Ukraine a commencé à transférer par chemin de fer des vedettes armées depuis la mer Noire vers la mer d'Azov.

Depuis le printemps derniers, des chalutiers ukrainiens et autres navires étrangers souhaitant se rendre dans les ports d'Ukraine situés en mer d'Azov sont régulièrement arraisonnés par les gardes-côtes russes. La Russie fait en outre attendre parfois pendant plusieurs jours les navires qui souhaitent transiter par le détroit de Kertch depuis la mer Noire à destination des côtes ukrainiennes de la mer d'Azov. Depuis l'annexion de la Crimée par Moscou, cette mer est de facto sous contrôle de la Russie qui en commande l'accès par le détroit de Kertch, situé entre la péninsule criméenne et la presqu'île russe de Taman. Russes et Ukrainiens ont signé en 2003 un accord selon lequel les eaux de la mer d'Azov et celles du détroit de Kertch sont considérées comme des eaux intérieures. Toutefois, depuis l'annexion de 2014, Kiev souhaite déchirer ce papier et internationaliser le régime de la mer d'Azov, en espérant ainsi que l'arrivée de nouveaux acteurs maritimes étrangers fera contrepoids à l'hyper-influence russe dans cette sous-région du bassin pontique.

L'inauguration du pont de Kertch qui relie la Crimée à la Russie continentale en mai dernier a aiguisé les tensions. La Russie, qui n'écarte pas la possibilité que l'Ukraine tente une opération de sabotage contre l'édifice, a transféré depuis la flottille de la mer Caspienne, via le canal Volga-Don, 2 canonnières fluviales ainsi que des petits navires lance-missiles, qui ont rejoint plus tard le détachement opérationnel russe en Méditerranée. Kiev, de son côté, a transféré 2 vedettes du Projet 58155 faiblement armées depuis la mer Noire vers le port de Berdiansk par chemin de fer. La première unité est arrivée le 8 septembre et la seconde, le 11 septembre. Une troisième vedette doit prochainement être basculée en mer d'Azov. L'idée pour les Ukrainiens est de pouvoir assurer la protection des deux principaux ports de commerce que sont Marioupol et Berdiansk. A terme, Kiev souhaite établir une division de vedettes en mer d'Azov. Compte-tenu du peu de profondeur de cette mer - 6 mètres en moyenne - seules des unités de faible tonnage peuvent y être engagées. Toutefois, pour Moscou, le bassin de la mer d'Azov demeure fermé à toute activité des flottes de l'OTAN - qui ont en revanche accès à la mer Noire selon les conditions énoncées dans la Convention de Montreux (1936). Aussi, en cas de conflit dans le Donbass, ce "lac russe" constituerait une plateforme de tir potentiel pour des missiles Kalibr ainsi qu'un point de départ pour des opérations amphibies.

Quels sont les objectifs recherchés par les uns et par les autres à travers ces escarmouches ? Pour Kiev, il s'agit de maintenir à l'ordre du jour le sujet "Crimée" qui est une affaire classée - outre la question des sanctions criméennes - par nombre de chancellerie occidentale. Par ailleurs, l'année 2019 sera une année charnière en Ukraine : l'élection présidentielle à lieu en mars, et le contrat de transit gazier qui lie Kiev à Gazprom depuis la fin des années 2000 arrive à son terme. Aussi, ces escarmouches visent potentiellement à renforcer la position de négociation de Moscou tout autant que la rhétorique patriotique à Kiev. L'Ukraine ne se satisfait pas du statu quo en mer d'Azov et souhaite mettre sur la table la question de la délimitation des frontières maritimes, sans être pour autant prête à sérieusement négocier. Rappelons par ailleurs que l'Ukraine a coupé les canaux d'alimentation d'eau fraîche vers la Crimée. Il pourrait y avoir là une monnaie d'échange potentielle.

L'Ukraine n'est pas en mesure d'égaler la flotte russe de la mer Noire. Aussi, elle a opté pour une posture asymétrique et entend mettre sur cale une "mosquitos fleet" afin de faire peser une menace sur la marine russe dans le bassin pontique. Toutefois, il ne faut pas écarter la possibilité que l'OTAN s'engage, par exemple, à prendre en charge partiellement la protection des zones côtières ukrainiennes en mer Noire, sur la base de rotation de navires, à partir du port roumain de Constanta, afin de soulager l'effort naval ukrainien. Autrement dit, ces escarmouches en mer d'Azov pourraient avoir pour conséquences d'augmenter un peu plus l'activité navale otanienne dans le bassin pontique.

 

MàJ : 1er octobre 2018

Les États-Unis ont transféré à l'Ukraine 2 vedettes de gardes-côtes de type Island.

MàJ : 24 septembre 2018

Le remorqueur Korets et le navire de commandement Donbass des forces navales ukrainiennes ont été autorisées à franchir le détroit de Kertch le 23 septembre afin de rallier Berdiansk depuis Odessa. Le Donbass doit servir d'unité de commandement pour la flottille ukrainienne en mer d'Azov dont la future base sera établie à Berdiansk. Ce transit a été opéré sous bonne surveillance des forces navales et aériennes russes...même si les navires ukrainiens étaient bien faiblement armés.

Une seconde corvette amphibie d'assaut du Projet 58503 a par ailleurs mis à l'eau à Kiev (ex Leninskaya Kouznitsa) le 20 septembre dernier. La première l'a été le 14 septembre 2018.

 

Jeux dangeureux en mer d'Azov

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Indy 12/09/2018 18:31

Petit "détail" : Kyiv n'a pas coupé l'approvisionnement en eau douce de la Crimée. C'est la Russie qui a refusé de signer le contrat proposé. Nuance qui a son importance, quand cette dernière joue les victimes…