Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des Spetsnaz à Tartous

15 Octobre 2018 , Rédigé par Khan Publié dans #Méditerranée, #Russie-Syrie, #Flotte de la Mer Noire, #Flottille de la Caspienne

Des forces spéciales russes de la marine au large de la Crimée, mai 2017. Source : forum airbase.ru

Des forces spéciales russes de la marine au large de la Crimée, mai 2017. Source : forum airbase.ru

Les force spéciales russes interviennent en Syrie en complément et en appui des opérations menées par les autres unités de l'armée russe. Peu évoquées, les forces spéciales de la marine russe sont aussi présentes sur zone.

Début septembre, la marine russe mène des exercices navals de grande ampleur au large de la Syrie. Près d'une trentaine de bâtiments sont alors mobilisés pour ce qui s'apparente à la plus importante démonstration de force navale organisée par la Russie ces dernières années en Méditerranée orientale. Au cours de ces manœuvres, les forces spéciales de la marine auraient été remarquées, selon une source anglo-saxonne qui détaille par ailleurs les équipements manifestement utilisés par les plongeurs : tenues de plongée de manufacture française, propulseurs de plongée allemands Black Shadow (Rotinor)... Précision importante : le matériel issu d'entreprises européennes utilisé par les nageurs de combat a été acquis en vertu de contrats signés avant la crise ukrainienne et la rupture de la coopération militaro-technique entre la Russie et des équipementiers occidentaux. D'autre part, bon nombre de ces équipements (combinaison...) peuvent aussi bien être utilisés par des civils que par des militaires, y compris le propulseur de plongée sus-mentionné.

Le propulseur de plongée de type Black Shadow. Source : site de Rotinor.

Le propulseur de plongée de type Black Shadow. Source : site de Rotinor.

La présence de forces spéciales de la marine en Syrie n'est ni une surprise, ni un scoop. A l'été 2017, leur présence à Tartous, où la Russie dispose d'un point d'appui naval, était déjà rapportée par la presse russe. Leur activité doit en outre être reliée à celle des 2 sous-marins classiques d'attaque (SSK) de la flotte de la mer Noire, le B-268 Velikiy Novgorod et le B-271 Kolpino (Projet 0636.3) que la Russie déploie au large de la Syrie. Ils sont surtout connus pour leurs tirs de missiles Kalibr contre des cibles sur le champ de bataille syrien. Toutefois, ces submersibles, qui opèrent en Méditerranée orientale depuis le 28 août 2017, sont manifestement aussi capables de "délivrer" les propulseurs Black Shadow et leurs plongeurs via leurs tubes lance-torpilles.

Selon plusieurs sources ouvertes citées dans la presse russe ces derniers mois, plusieurs spécialités seraient représentées parmi les nageurs de combat stationnés à Tartous : mineurs, ingénieurs ou unité de renseignement. Au demeurant, l'une de leur mission première reste la protection du point d'appui naval russe de Tartous et celle des bâtiments qui y mouillent. A cet égard, les forces spéciales utilisent notamment les vedettes rapides de type RM-17 Raptor, ou celles de type Gratchonok (Projet 21980), dont la vedette P-433, qui a été vue transitant à travers les Détroits turcs en mai dernier. Un autre type de vedette rapide aurait été aperçu lors de ces exercices : la BK-18, fabriquée à Rybinsk par le konzern Kalachnikov. En mai 2017, ces dernières faisaient leur apparition à Sébastopol.

Vedette rapide BK-18 photographiée au large de Sébastopol en mai 2017. A l'horizon, un SSK de type Kilo. Source : forum airbase.ru

Vedette rapide BK-18 photographiée au large de Sébastopol en mai 2017. A l'horizon, un SSK de type Kilo. Source : forum airbase.ru

Des commandos en exercice en septembre 2018, probablement au large de la Syrie. Source : forum airbase.ru

Des commandos en exercice en septembre 2018, probablement au large de la Syrie. Source : forum airbase.ru

Avant même l'annexion de la Crimée, la Russie avait commencé à reformer des unités de forces spéciales de la marine, principalement pour des missions de protection de bases. C'est la cas dans la flottille de la Caspienne, où le 137e détachement des forces et moyens de lutte contre les opérations de sabotage est basé depuis 2002, au Daghestan, probablement à Makhatchkala (Bakou jusqu'à l’effondrement de l'URSS). La protection des installations off-shore pourrait faire partie de ses attributions. Il faut s'attendre à ce que cette unité soit relocalisée à Kaspiïsk, où est construite la nouvelle base de la flottille de la Caspienne. Selon certaines sources, ce détachement serait aussi implanté en mer Noire, à Touapsé. Ces forces restent nécessaires pour la protection de Sébastopol, mais aussi pour celle du pont de Kertch et de la future base navale de Novorossiïsk, où un centre d’entraînement des nageurs de combat doit d'ailleurs prochainement ouvrir. Des unités similaires existeraient depuis des années dans la flotte du Pacifique.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article