Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le secteur naval russe sous le feu des nouvelles sanctions américaines

19 Mars 2019 , Rédigé par Igor Delanoë Publié dans #Flotte de la Mer Noire, #Projet 21631, #Projet 22160

Le secteur naval russe sous le feu des nouvelles sanctions américaines

Publiées le 15 mars dernier, les nouvelles sanctions américaines liées à l'incident du détroit de Kertch de novembre frappent le secteur naval russe.

Suite à l'accident du 25 novembre dernier qui a impliqué les gardes côtes russes et des navires de guerre ukrainiens, les États-Unis ont émis de nouvelles sanctions publiées le 15 mars dernier. Outre des personnalités, huit entités russes sont incluses dans la liste, dont 3 chantiers navals : Zvezda, le chantier naval Yaroslavsky et le chantier naval Gorki, situé à Zelenodolsk, au Tatarstan. D'autres entreprises, en liens avec l'industrie navale, sont aussi sanctionnées, comme le bureau Fiolent ou Sudokomposit, tous deux basés en Crimée.

Le chantier naval Gorki n'a pas été frappé au hasard. Outre qu'il s'agit d'un chantier clef dans le processus de modernisation de la flotte de la mer Noire, ce dernier dispose d'actifs en Crimée. N'appartenant pas au consortium russe des constructions navales russes OSK, le chantier naval Gorki apparaît aujourd'hui comme un des chantiers navals les plus dynamiques de Russie, pour sa catégorie de construction (bâtiments fluviaux, navires de pêches, petits navires de plaisance, bâtiments militaires légers, frégates). Rappelons qu'il est établis sur le fleuve Volga, et qu'il dispose d'un plan de charge garni aussi bien par des commandes civiles que par ces contrats de défenses passés par le ministère russe de la Défense et des clients étrangers.

Le chantier naval Gorki est notamment en charge de construire pour le compte de la Flotte de la mer Noire les patrouilleurs du Projet 22160. L'unité tête de série, le Vassili Bikov, a été admise au service actif dans la flotte de la mer Noire en décembre 2018. Deux unités de ces nouveaux patrouilleurs sont en cours de construction au chantier naval Zaliv (Kertch), repris unilatéralement en main en 2014 par Gorki, au détriment d'un oligarque ukrainien, Konstantin Zhevago. Les petits navires lance-missiles du Projet 21631 sont aussi construits par Gorki. Équipes de missiles de croisière Kalibr, ils ont été vu à l’œuvre lors de mission de combat qui les ont amenés à tirer leurs missiles sur des objectifs terroristes en Syrie.

Le petit navire lance-missiles Vishniy Volotchek, du Projet 21631. Source : site de la Flotte de la mer Noire

Gorki a déjà vendu deux paires de frégates de type Gepard au Vietnam, qui serait potentiellement intéressé par l'acquisition de 2 nouvelles plateformes de ce type. Côté prospects, le Sri Lanka et la Malaisie seraient des clients potentiels pour les frégates de type Gepard. L'Algérie s'est déclarée intéressée par les patrouilleurs du Projet 22160, lors de la dernière édition du salon naval pétersbourgeois IMDS 2017. Gorki comptait d'ailleurs exposer le Vassili Bikov lors du salon IDEX-2019, qui s'est tenu à Abou Dhabi en février 2019. Une demande en ce sens a été déposé auprès de la Marine russe afin qu'elle envoie le patrouilleurs aux Émirats, ce qui ne s'est toutefois pas réalisé, les équipages et le navire n'étant manifestement pas encore suffisamment opérationnels pour réaliser ce type de trajet. Rappelons que l'admission au service actif du patrouilleur au lieu fin décembre 2018.

Le patrouilleur Dmitri Rogatchev (Projet 22160). Source : site de la Flotte de la mer Noire.

Dans quelle mesure ces sanctions sont-elles de nature à briser les perspectives exports du chantier naval Gorki ? De fait, ce chantier naval, comme tous les autres, évolue dans un environnement sous sanctions depuis 2014. L'allemand MTU a ainsi cessé sa coopération avec Gorki en arrêtant la livraison des turbines diesels pour les petits navires lance-missiles du Projet 21631. De même, l'allemand MAN devait livrer les turbines pour le Projet 22160, dont seule la première unité a reçu sa dotation. Pour ces deux projets, Gorki a dû se tourner vers des fournisseurs chinois (turbines) et russe (réducteur). Une coopération avec l'étranger se poursuit toutefois pour la production civile, et porte, en plus des turbines, aussi sur l'électronique embarquée. Le fait de se trouver désormais de jure sous sanctions pourrait en revanche avoir un impact sur les opérations financières du chantier. Il faut s'attendre à ce que l'ajustement face à ces nouvelles sanctions se traduisent par des remous dans le rythme de construction des unités prévues pour la flotte de la mer Noire.

La deuxième unité du Projet 22160, le Dmitri Rogatchev, est arrivé à Sébastopol fin décembre 2018 et devrait prochainement être admis au service actif. De même, 2019 devrait voir la livraison de 2 à 3 unités du Projet 21631 à la flotte de la mer Noire.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article