Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les constructions navales russes redressent la barre en 2019

6 Décembre 2019 , Rédigé par Igor Delanoë Publié dans #Chantiers navals, #Flotte de la Mer Noire, #Flotte du Pacifique

Les constructions navales russes redressent la barre en 2019

Après deux années en demi-teinte, les constructions navales russes redressent la barre en 2019. A une exception près, les unités mises sur cale et admises au service actif relèvent toutes de projets sur la réalisation desquels les chantiers russes sont engagés de longue date. Aussi, au plan programmatique, 2019 s'inscrit dans une forme de continuité, contrairement à ce qu'a été 2018.

Dans cette analyse, il sera question des admissions au service actif et des mises sur cale réalisées pour le compte du ministère de la Défense russe. Sauf mention contraire, sont comptabilisées les unités de combat sous-marines et de surface (frégates, corvettes, petits navires lance-missiles, navires collecteur de renseignement, dragueurs de mines...). Les bâtiments de soutien logistique, les navires de service ou les vedettes rapides ne sont pas prises en compte.

Au strict plan numérique, avec 11 unités mises sur cale et 5 unités admises au service actif, 2019 se classe au niveau de 2013, 2014 continuant de faire office d'année record pour ces deux critères.

Mises sur cale et admissions au service actif  - 2013 -2019

 

Liste des unités admises au service actif et de celles mises sur cale en 2019

Source : base de données de l'auteur

 

Plusieurs éléments ressortent à la lecture de ces tableaux.

La flotte de la mer Noire continue de recevoir la majorité des nouvelles unités. Avec 3 unités - 1 petit navire lance-missiles, 1 patrouilleur et 1 dragueur de mines - sur 5 admises au service actif versées à la flotte de la mer Noire, cette formation continue de bénéficier d'une dynamique programmatique et industrielle favorable. Il s'agit d'une tendance qui s'est amorcée dès les années 2013-2014, et qui devrait se poursuivre encore jusqu'au début des années 2020.

On constate une montée en puissance des commandes pour la flotte du Pacifique. Bien que le chantier du réarmement de cette formation soit considérable, les premiers signaux indiquent qu'il a bien été amorcé. Sur les 11 bâtiments mis sur cale en 2019, 8 sont destinés à la flotte du Pacifique, et non des moindres puisque l'on retrouve les 4 plus grosses unités mises sur cale : les 2 frégates du Projet 22350 et les 2 grands bâtiments amphibie du Projet 11711.1. Tous ont été mis sur cale le même jour. A cet égard, si 2018 avait été pauvre numériquement parlant, elle avait néanmoins vu la livraison à la flotte d'unités têtes de série. Il s'agit d'un phénomène que l'on ne retrouve pas en 2019, où le seul nouveau projet à être mis sur cale est celui de grand bâtiment amphibie. Bien que son code laisse entendre qu'il s'agit d'une simple évolution du Projet 11711, le Projet 11711.1 porte en réalité sur une plateforme bien différente de son grand frère.

La "kalibrization" de la flotte se poursuit. Sur les 16 unités considérées, 11 sont capables de mettre en œuvre des missiles de croisière Kalibr. Il s'agit d'une tendance qui va continuer de s'affirmer dans les années à venir, et qui va même s'amplifier avec l'arrivée de nouveaux missiles comme le Tsirkon. Ce phénomène est portée par la dissémination des missiles sur des unités nombreuses et de faible tonnage (type Projet 22800, dont les commandes sont nombreuses).

A suivre en 2020 :

- Les retardataires : la construction et l'admission au service actif de nouveaux sous-marins nucléaires se situent dans le "creux de la vague". Le SNLE K-549 Kniaz Vladimir devrait être versé à la flotte du Pacifique au T1 2020. Le SSGN K-561 Kazan devrait aussi partir dans le Pacifique, mais à l'automne 2020, soit 2 ans après le début de ses essais en mer. Là encore, on constate une consolidation de cette formation. Deux nouveaux SNLE et deux nouveaux SSGN doivent par ailleurs être mis sur cale en mai.

- La mise en chantier de 2 grands navires de projection amphibies : le chantier naval Zaliv (Kertch) pourrait mettre sur cale en mai 2020 deux grands navires amphibies de projection. Aucune information n'a été confirmée quant au projet retenu par le MinDéf, mais au regard des données techniques qui ont été citées par la presse, on se rapproche du Priboï, proposé par le bureau d'études Krilov (Saint-Pétersbourg). Ces deux navires pourraient être baptisés Vladivostok et Sébastopol, comme les 2 BPC qui devaient être livrés à la Russie.

- Le relatif délaissement des flottes du Nord et de la Baltique : si l'Arctique figure parmi les régions prioritaires pour la politique extérieure de la Russie, cela ne se ressent pas en terme de programme de constructions navales. En tout cas, pas encore. La Russie s'est plutôt engagée dans l'édification de dispositifs d'interdiction le long de ses côtes arctiques...en attendant de pouvoir consolider ses capacités navales (Projet 22350, modernisation de plateformes ex-soviétiques). En mer Baltique, il serait question de commander une sous-marinade de SSK de type Kilo, sur le modèle de celle de la flotte de la mer Noire, et de celle en cours de construction pour la flotte du Pacifique.

- La poursuite de la construction des petits navires lance-missiles des projets 21631 et 22800 pour les flottes de la mer Noire et du Pacifique.

- La modernisation des plateformes ex-soviétiques avec notamment, celle du croiseur atomique lance-missiles Amiral Nakhimov, qui se poursuit.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article