Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Russie met à l'eau une nouvelle corvette

13 Mars 2020 , Rédigé par Igor Delanoë Publié dans #Projet 20380, #Chantiers navals, #Surface, #Corvettes

La Russie met à l'eau une nouvelle corvette

La corvette Retiviy a été mise à l'eau le 12 mars au chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg). Il s'agit de la cinquième unité du Projet 20380 produite par ce chantier qui a déjà à son actif la construction de quatre corvettes de ce type (Steregouschiy, Soobrazitelniy, Boïkiy et Stoïkiy), toutes en service dans la flotte de la Baltique. En Extrême-Orient, le chantier naval de Komsomolsk s/Amour a construit pour sa part deux unités (Soversheniy et Gromkiy) intégrées à la flotte du Pacifique.

Au cours de la cérémonie de mise à l'eau de la corvette Retiviy, il a été annoncé par les représentants du chantier naval du Nord que le bâtiment avait vocation à rejoindre la flotte de la mer Noire. Jusqu'à présent, il était question que le Retiviy soit versé à la flotte du Pacifique ou à celle de la Baltique (et plus certainement à cette dernière) ; l'annonce de l'admission au service actif de cette unité dans la flotte de la mer Noire est donc une nouvelle donnée. Si tel est le cas, il s'agira alors de la première unité du Projet 20380 à intégrer cette formation. Cette évolution pourrait s'expliquer par la volonté de la marine russe de compenser la perte des 3 frégates du Projet 11356M qui ne seront pas livrées à la flotte de la mer Noire (Amiral Boutakov, Amiral Istomin et Amiral Kornilov), la construction de deux d'entre elles à Yantar (Kaliningrad) devant être reprise et complétée pour le compte de la marine indienne. Au demeurant, les corvettes de ce type ne sont pas armées de missiles de croisière Kalibr, contrairement aux frégates du Projet 11356M, et contrairement aux corvettes du Projet 20385 (évolution du Projet 20380). Autre explication possible : le remplacement de l'escorteur ex-soviétique Ladniy (Projet 1135), qui n'a plus pris la mer depuis juin 2016 et qui a été placé en réserve de 2e catégorie à Sébastopol. Outre qu'il sera certainement cannibalisé au profit de l'escorteur Pitliviy (Projet 1135M), son remplacement par le Retiviy permettrait de maintenir la voilure de la flotte de la mer Noire. 

La corvette Retiviy est propulsée par des turbines diesel et équipée d'agrégateurs construits par l'usine de Kolomenskoye et par Zvezda. Son équipage sera préparé suivant un nouveau programme de formation dans la mesure où le bâtiment dispose de nouveaux équipements par rapport à ses prédécesseurs, en particulier en matière radiotechnique. A la différence de ses ainées, la corvette Retiviy est ainsi équipée du radar multifonctionnel Zaslon qui est montée sur les unités du Projet 20385, et qui le sera désormais sur celles à venir du Projet 20380.

A l'occasion de la mise à l'eau de la corvette, le commandant en chef de la marine russe a déclaré qu'il faudrait compter avec un minimum de 8 à 10 unités pour chaque type de corvette et de frégate. La construction en série de ces bâtiments permet en effet, selon lui, de réaliser des économies d'échelle. Faut-il comprendre que l'objectif est de mettre en service 8 à 10 unités pour chacune des évolutions du Projet 20380 (20385 et 20386), sachant que certains de ces projets ont été critiqués avec virulence par des experts et observateurs russes qui mettent en avant leur coût trop important (Projet 20386) ? Il est en tout cas prévu de poursuivre la construction de ces corvettes pour les flottes du Pacifique et, manifestement de la mer Noire (corvette Strogiy, à moins qu'elle ne parte dans la flotte de la Baltique ?). Toutefois il subsiste un manque de visibilité sur la poursuite de la construction en série des corvettes des Projets 20385 (dont on dit que le Projet pourrait être fermé après l'admission au service actif des 2 unités en chantiers) et 20386 (critiqué pour le coût unitaire de la tête de série qui avoisinerait celui d'une frégate du Projet 22350). En outre, deux nouvelles frégates du Projet 22350 doivent être mises sur cale le 9 mai prochain, au chantier naval du Nord.

La veille de la mise à l'eau de la corvette, le vice-ministre russe de la Défense Alexeï Krivoroutchko a par ailleurs indiqué qu'un Centre pour le direction des constructions navales (Центр управления кораблестроения ВМФ) serait créé près l’État-major de la marine. Les compétences de cet organisme - dont la formation aurait déjà débuté - sont larges puisqu'il a vocation à superviser "l'élaboration, la construction, la modernisation et la réparation des navires des forces navales russes", ce qui devrait permettre "d'éviter les surcoûts et le dépassement des délais dans la mise en œuvre des commandes de défense passées par l’État". Autrement dit, on assiste à un transfert de responsabilité des chantiers vers le ministère de la Défense, ce qui fait courir le risque de "techniciser" un peu plus le MinDef sur les questions navales, alors même que ce dernier est déjà assez perméable au lobby des différents bureaux d'étude qui y poussent leurs projets. Une des conséquences probables de l'accaparement des ressources du MinDef à des fins de "contrôle de gestion" du champ naval est celui d'empêcher l'émergence d'une vision en son sein sur ce que doit incarner la flotte russe, en mettant l'accent uniquement sur le volet capacitaire (au bénéfice des bureaux et chantiers). Le débat sur la nécessité ou pas de construire un porte-avions est révélateur en creux de cette absence de vision ; il a pour le moment été arbitré par la logique financière et l'absence de capacités de construction. Enfin, la création de ce centre devrait affaiblir l'influence d'OSK (le consortium russe des constructions navales) qui se retrouve, au minimum, dépossédé de son autorité morale sur les constructions navales. Serait-ce une première étape vers la dissolution d'OSK ? A suivre.

 

Illustrations : forum.airbase.ru

La Russie met à l'eau une nouvelle corvette

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article