A propos du portail

  • : Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
  • Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
  • : Actualité Politique Guerre Stratégie Russie Actualité
  • : RusNavyIntelligence est un portail dédié à l'actualité des forces navales de la Fédération de Russie. Vous y trouverez quotidiennement des informations portant sur l'actualité des forces navales russes. Des dossiers thématiques sont également proposés, de façon plus ponctuelle. L'aire géographique couverte par les infos de ce portail est celle qui relève des 4 flottes dont dispose à ce jour la Fédération de Russie, plus la flottille de la Caspienne.
  • Partager ce blog
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2011

Partager

Derniers Commentaires

Articles de l'auteur

Quelques publications et contributions de Igor Delanoë :

 

  • "The Syrian Crisis : a Challenge to the Black Sea Stability", Center for International and Europen Studies, CIES Policy Brief, n° 2, 2014, 8 pages.
  • "Sébastopol : de l'URSS à l'Ukraine, les enjeux du changement de souveraineté de 1991", Cahiers de la Méditerranée, n° 86, décembre 2013, pp. 141-150.
  • "Le partenariat russo-vietnamien et le retour de la marine russe dans les 'eaux bleues' ", Défense et Sécurité Internationale, n° 97, novembre 2013, pp. 54-59.
  • "Cyprus, a Russian Foothold in the Changing Eastern Mediterranean", Middle East Review of International Affairs, vol. 17, n° 2, summer 2013, pp. 84-93.
  • "Les déterminants de la posture de la Russie sur la crise syrienne", Note d'analyse, Fondation Méditerranéenne d'Etudes Stratégiques, 16 juin 2013.
  • "Flotte russe de la mer Noire : vers une "flotte forteresse" à l'horizon 2020", Revue de Défense Nationale, n° 760, mai 2013.
  • "Russie-Israël : les défis d'une relation ambivalente", Politique étrangère, vol. 78, n° 1, printemps 2013, pp. 119-130.
  • "La Russie poursuit ses ventes d'armes au régime d'Assad", Le Figaro, 18 février 2013.
  • "Le partenariat stratégique russo-syrien : la clef du dispositif naval russe en Méditerranée", Note de la FRS, note n° 6/13, 9 pages.
  • "La Russie et Israël : entre méfiance réciproque et coopération bilatérale. Les enjeux d'une relation ambivalente", Recherches et Documents, n° 6/2010, 50 pages.

Les sources

Za Rodina

Ce blog est membre du réseau Za Rodina.

Plus d'informations en cliquant sur l'icône.

 

rodina mat

D'où venez-vous ?

Flotte d'origine

Pavillon de Saint-André

Syndication

  • Flux RSS des articles

En bref

Lundi 14 avril 2014

 

Trois bâtiments français croisent actuellement en mer Noire :  le bâtiment de soutien de plongée Alizé, qui a franchi les Détroits turcs le 28 mars dernier, le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Laume, entré en mer Noire le 10 avril dernier, et la frégate de lutte ASM Dupleix, en mer Noire depuis ce jour.

Le destroyer américain USS Donald Cook (classe Arleigh Burke) croise également en mer Noire depuis le 10 avril dernier. (Black Sea News)

Commentaire : la Convention de Montreux (1936) interdit à ces bâtiments de séjourner plus de 21 jours en mer Noire.

 

Les essais en mer du SNLE K-551 Vladimir Monomakh (Projet 955) et du SSGN K-329 Severodvinsk (Projet 885) reprendront cet été. L'admission au service actif du K-551 est toujours prévue d'ici fin 2014 : le submersible devrait procéder auparavant à un tir de missile Boulava. On apprend par ailleurs que le quatrième Boreï, le Kniaz Vladimir (Projet 955M), a complété ses essais hydrauliques à Sevmash (essais débutés en octobre dernier). Enfin, la formation de la coque du troisième Yasen, le K-573 Novosibirsk (Projet 885.1) est achevée. (Ria Novosti)

 

Vendredi 28 mars 2014

 

Mon post sur la situation énergétique de l'Ukraine, publié par Alliance géostratégique. Il s'agit d'une analyse de l'accord signé par Viktor Ianoukovitch et Vladimir Poutine le 17 décembre dernier. Même si cet accord appartient à l'histoire, les tendances de fonds demeurent inquiétantes pour l'Ukraine qui ne bénéficiera plus de la "ristourne" sur le prix du gaz appliquée par Moscou en échange de la location de la base navale de Sébastopol. Bonne lecture!

 

Retrouvez toutes les brèves du Portail

Lundi 18 avril 2011 1 18 /04 /Avr /2011 14:27

Des navires russes et otaniens prendront part à des exercices conjoints de sauvetage de sous-marins dans le cadre de l'exercice naval Bold Monarch organisé par l'OTAN. Les manoeuvres se dérouleront au large de l'Espagne entre le 28 mai et le 9 juin prochain.

 

"Des sous-marins de l'OTAN et de la Russie simuleront des cas de détresse. Des appareils submersibles seront arrimés afin d'évacuer leur équipage. Les sauveteurs de l'Alliance auront pour mission d'évacuer les sous-mariniers russes et vice-versa" a indiqué un responsable de l'OTAN, Bill Orr, à l'agence de presse russe RIA Novosti.

 

Des navires des flottes espagnole, américaine, italienne, britannique, portugaise et russe prendront part aux exercices.

 

Bold Monarch 2011 LOGO thumbs

 

Source: RIA Novosti.

 

Pour la Russie, ce sera le sous-marin "Alrosa" qui prendra part aux exercices otanien, comme nous l'avions évoqué il y a quelques semaines.

 

Par Khan - Publié dans : Manoeuvres et exercices - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 avril 2011 7 17 /04 /Avr /2011 21:21

Le groupe opérationnel BlackSeaFor est arrivé le 15 avril dans le port criméen de Sébastopol (Ukraine) où il restera 3 jours.

 

Les navires sont restés 5 jours à Istanboul afin de participer aux célébrations marquant les 10 ans d'activation de la Task Force BlackSeaFor. Sur le trajet entre Ia capitale turque et Sébastopol, le groupe de navires a procédé à une série d'exercices communs: contrôle de navigation, détection d'embarcations suspectes, recherche et sauvetage, manoeuvres communes. Les navires ont été rendus accessibles au public durant leur halte à Sébastopol.

 

Après Sébastopol, le groupe opérationnel se rendra dans le port russe de Novorossisk.

 

blackseafor.jpg

 

Source: Bosphorus Naval News.

Par Khan - Publié dans : Manoeuvres et exercices - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 avril 2011 7 17 /04 /Avr /2011 20:07

Selon une source au sein de la Marine indienne, la Russie entend livrer le porte-avions Amiral Gorshkov à l'Inde en 2012.

 

Une équipe de 150 personnes appartennant à la Marine indienne est déjà arrivée en Russie afin de commencer les entrainements sur le porte-avions actuellement en cours de refitage par Sevmash à Severodvinsk. L'Inde paie à la Russie près de $67,5 millions pour la formation des personnels à la mise en oeuvre du Gorshkov qui, une fois intégré au sein de la Marine indienne, recevra un équipage de 1,500 marins.

 

En 2004, New-Delhi a acquis le porte-avions Amiral Gorshkov (ex-Bakou, Projet 11434, classe Kiev Mod) auprès de la Russie pour la somme initiale de $974 millions, avec une livraison alors prévue pour 2008. Le montant du contrat reposait manifestement sur une évaluation trop rapide de l'état général du bâtiment (mis sur cale en février 1978 et entré en service au sein de la flotte du Nord soviétique à la fin de l'année 1987 sous l'appelation Bakou) puisqu'en 2008, Moscou a demandé à l'Inde $1 milliard supplémentaire pour remettre en état le porte-avions. Après négociations, l'Inde, qui a notamment besoin de ce navire pour faire face à la montée de la présence navale chinoise dans l'océan Indien , a accepté de payer la somme demandée, et a également passé commande de 16 chasseurs embarqués Mig-29K/KUB destinés à être déployés sur le Gorshkov pour un montant de $526 millions.

L'Inde devrait avoir déboursé en tout près de $2.2 milliards pour l'acquisition du porte-avions Amiral Gorshkov.

 

Au début du mois de mars 2011, le Gorshkov a entamé des essais au mouillage à Severodvinsk. Il devrait subir des essais en mer de Barents et en mer Blanche dès l'automne prochain.

 

Une fois entré en service au sein de la Marine indienne, le Gorshkov, qui aura été en service au sein de la Marine soviétique, puis russe, entre 1987 et 1994, sera rebatisé INS Vikramâditya.

 

11434.gif

Le Projet 11434

 

Sources: DefenseNews.

Par Khan - Publié dans : Russie-Inde - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 15 avril 2011 5 15 /04 /Avr /2011 15:30

Le commandant en chef de la Marine américaine, l'Amiral Gary Roughead, visitera le 15 avril le QG de la flotte du Nord avant de se rendre le 16 avril à Saint-Pétersbourg.

 

L'Amiral Gary Roughead, commandant en chef de la Marine américaine (Chief of Naval Operations) est arrivé aujourd'hui à la tête d'une délégation à Severomorsk, QG de la flotte du Nord.

Au programme de la visite: passage au mémorial des sous-mariniers décédés en temps de paix, et recueillement devant le monument des défenseurs de l'Artique soviétique.

 

L'Amiral américain s'entretiendra par la suite avec le commandant par intérim de la flotte du Nord, le contre-Amiral Andreï Volojinski, des perspectives de coopération navalesentre les deux Etats.

Après cette réunion, il est prévue que l'Amiral Roughead visite le croiseur nucléaire "Pierre le Grand" (Projet 1144.2, classe Kirov) ainsi que le sous-marin nucléaire K-534 "Nijni Novgorod" (Projet 945A Kondor, classe Sierra II).

 

Le 16 avril, la délégation américaine se rendra à Saint-Pétersbourg où elle visitera l'Académie navale Kouznetsov, l'Ermitage, le Musée russe, la cathédrale Saint-Isaac et la forteresse Pierre et Paul.

 

Comme nous l'indiquions récemment, une série de visites de navires américains est programmée dans des bases navales russes en 2011. La biographie de l'Amiral Gary Roughead est disponible ici.

 

roughead.jpg

 

L'Amiral Gary Roughhead, commandant en chef de la Marine américaine.

 

Source: Navy.ru

Par Khan - Publié dans : Actualité - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 15 avril 2011 5 15 /04 /Avr /2011 14:37

Selon une source du complexe militaro-industriel russe (VPK) qui s'est confiée à l'agence de presse russe RIA Novosti, l'issue des pourparlers entre les représentants russes et français au sujet de l'achat par Moscou de navires de type "Mistral" pourrait trouver son dénouement le 20 avril prochain.

 

Selon la source, le 20 avril prochain devrait se tenir une réunion cruciale entre les représentants russes et français pour l'aboutissement du dossier .

"La situation est très complexe, et les négociations avancent difficilement" a indiqué l'informateur.

Il a poursuivi en précisant que les négociations achoppent sur la question de la livraison des navires avec l'intégralité de leurs systèmes électroniques; les difficultés portent notamment sur le système de gestion des informations de combat SENIT-9, et le système de communication SIC-21".

 

"Les Français ont accepté l'idée de transférer à la Russie le SENIT-9 sans la licence de fabrication, en revanche, ils ne souhaitent pas transférer le SIC-21 avec les navires" a affirmé la source avant de rappeler que le "SIC-21 n'équipe à ce jour que le porte-avions Charles de Gaulle". La partie russe insiste sur le fait qu'elle achétera les "Mistral" avec tous leurs équipements électroniques.

 

Le Directeur du CAST [Centre d'Analyse des Stratégies et des Technologies, think tank russe, ndlr] a commenté l'information relayée par RIA Novosti: " En ce qui concerne le marché mondial des grands navires de débarquement [types "Mistral", ndlr], ce n'est pas le fabriquant qui domine, mais le client. Le choix est grand, et il y a peu de demandes. Par conséquent, si les négociations au sujet de l'achat des "Mistral" échouent sur la question des équipements, la Russie peut se tourner vers d'autres fabriquants et obtenir un navire avec tous les équipements souhaités".

 

Du côté russe, les négociations sur le dossier du "Mistral" sont menées par le vice-Premier Ministre et Président du Conseil d'administration d'OSK (chantiers navals), Igor Setchin, et du côté français, elles le sont par le général Benoït Puga, chef d'Etat-major particulier du Président la république.

 

Source: RIA Novosti.

 

Mistral


Comme nous l'indiquions récemment, les négociations ne semblent toujours pas avoir abouti, et on ne pourra vraiment dire qu'elles auront abouti qu'une fois les documents signés et les commandes passées. Les Russes sont difficiles en négociations, il convient donc de rester prudent jusqu'à l'issue du dossier.

Par Khan - Publié dans : BPC pour la Russie - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 14 avril 2011 4 14 /04 /Avr /2011 15:46

Une série de réunions importantes s'est déroulée le 13 avril dernier à Sevmash (Severodvinsk) dans un contexte de crise pour l'entreprise.

 

Une de ces réunions était notamment consacrée aux questions de productions et aux retards accumulés par l'entreprise en ce qui concerne la livraison de commandes d'Etat portant sur les sous-marins de 4e génération (Projet 885 Iassen et 955 Boreï).

Lors de cette réunion siégeaient en particulier le Directeur des chantiers navals OSK , Roman Trotsenko, le Directeur général des bureaux d'études Rubin, Andreï Diatchkov, le Directeur des constructions de Malachit, Vladimir Pialov, des spécialistes de Sevmash, ainsi que le Directeur général de Sevmash, Nikolaï Kalistratov. Des représentants des compagnies Avrora, Oceanpribor, Elektropribor et ceux d'autres entreprises travaillant avec Sevmash ont également pris part.

"Lors de cette réunion, nous avons étudié en détail l'état d'avancement de tous les sous-marins, a déclaré le Directeur de Sevmash, Nikolaï Kalistratov. Des réponses, bien sûr qu'il y en a. D'une certaine manière, nous avons été en mesure d'apporter des réponses à certains problèmes".

 

Une autre réunion a été consacrée à l'état d'avancement du porte-avions destiné à la Marine indienne: l'INS Vikramaditya, ex-Gorshkov russe (Projet 11434, classe Kiev). Après avoir inspecté le navire, les cadres de Sevmash ainsi que leurs partenaires ont discuté des difficultés auxquelles les chantiers navals devaient faire face afin d'achever cette commande.

 

Le 13 avril, une réunion du Conseil d'administration de Sevmash a également eu lieu. Les questions de logistiques et d'approvisionnement de Sevmash ont notamment été examinées.

"Le Conseil d'administration a formulé des recommandations concernant notre efficacité dans les marchés publics, a indiqué Nikolaï Kalistratov. Il est nécessaire de travailler rapidement à l'élaboration d'un système qui permette d'unifier l'acquisition de biens, les travaux et les services. Nous avons déjà commencé à travailler dessus" a t'il poursuivi.

 

Récemment, des informations ont fait état de la démission de Nikolaï Kalistratov de la direction des chantiers navals Sevmash. Cette démission, rapportée le 5 avril dernier par le portail central de la Marine serait intervenue du propre chef du Directeur, mais elle pourrait également être la conséquence du mécontentement du Président Medvedev face aux retards accumulés par Sevmash dans la livraison des commandes d'Etats concernant les submersibles de 4e génération.

Conséquences de cette démission: une probable semi-privatisation de l'entreprise, comme l'évoque Articway.ru., et la probable nomination de l'actuel Directeur général de Rubin à la tête de Sevmash.

 

Pour rappel, au mois de septembre dernier, l'ancien Commandant en Chef de la Marine russe, l'Amiral Vladimir Vissotski, avait demandé à Nikolaï Kalistratov d'accélérer la construction des nouveaux sous-marins nucléaires.

 

logo_Sevmash.png

 

Sources: site de Sevmash, Articway.ru, Barents Observer.

Par Khan - Publié dans : Chantiers navals - Communauté : Géopolitique et géostratégie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 14 avril 2011 4 14 /04 /Avr /2011 12:47

Des unités de la flotte du Nord ont entamé de vastes manoeuvres sur les polygones d'entrainement au combat de la Marine russe en Mer de Barents.

 

Les unités suivantes notamment ont été mobilisées pour ces manoeuvres:

  • Le croiseur lance-missiles "Maréchal Oustinov" (Projet 1164 Atlant, classe Slava).
  • Le croiseur lourd nucléaire lance-missiles "Amiral Ouchakov" (Projet 1144 Orlan, classe Kirov).
  • Des croiseurs lance-missiles.
  • Des sous-marins diesels.
  • Des sous-marins nucléaires.
  • Des grands navires de débarquements.
  • Des corvettes de lutte ant-sous-marine.
  • Des dragueurs de mines de la flotille de la péninsule de Kola.
  • L'aéronavale (lutte anti-sous-marine).

Dans le cadre de ces exercices, les navires ont procédé à des tirs d'artillerie, de missiles et de torpilles, ainsi qu'à des bombardements. Les unités procéderont également à des manoeuvres conjointes, à des exercices de recherche, à la traque et la neutralisation d'une menace sous-marine ainsi qu'à la gestion d'une attaque aérienne.

 

logo flotte du nord

 

Sources: Itar-Tass, Navy.ru

Par Khan - Publié dans : Manoeuvres et exercices - Communauté : Géopolitique et géostratégie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 13 avril 2011 3 13 /04 /Avr /2011 14:58

Les derniers développements concernant la vente par la France de BPC de type "Mistral" à la Russie faisaient état de blocages au niveau du transfert des systèmes électroniques équipant les navires. Une source haut placée au Ministère russe de la défense a toutefois indiqué aujourd'hui que Moscou comptait bien acheter les navires avec tous leurs systèmes électroniques.

 

Après la question du prix des navires qui semblait encore récemment compromettre l'aboutissement du contrat franco-russe, la question du transfert par Paris à Moscou des systèmes électroniques embarqués sur le Mistral (système Senit-9, pour Système d'Exploitation Navale des Informations Tactiques, et non pas "Zenith" comme il est malencontreusement indiqué dans l'édition électronique du Figaro..., et le système de commandement SIC-21) constitue de nouveau la nouvelle pierre sur laquelle achoppent les négociations entre les Russes et les Français.

Comme l'évoque le journal russe Vedomosti, la question du réglement de ce contrat semble devoir désormais trouver sa solution au plus haut niveau. L'occasion pourrait être celle du prochain sommet du G20 en mai à Deauville, au cours duquel Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy se rencontreront.

 

En attendant, un fonctionnaire haut placé au sein du Ministère russe de la défense a aujourd'hui confié à l'agence de presse russe RIA Novosti que Moscou insiterait sur le fait que les navires soient construits et livrés avec l'intégralité de leurs systèmes électroniques.

"Dans le cadre de l'accord bilatéral, il a été convenu que la partie française [...] intégrerait les sytèmes dans les navires afin de répondre pleinement aux exigences de la Marine russe" a indiqué la source, avant de poursuivre en affirmant que le contrat portait non seulement sur la fourniture à la Russie de 2 navires de type "Mistral" construits à Saint-Nazaire, mais également sur la livraison des pièces et des outils ainsi que de toute la documentation nécessaire à la réalisation sous licence de 2 exemplaires supplémentaires en Russie.

Une source russe proche des négociations avait déclaré à RIA Novosti au mois de décembre 2010 que le premier "Mistral" serait construit en France pour le compte de la Russie à partir de la fin 2013-début 2014, et que le second le serait à compter de la fin 2014-début 2015.

 

Mistral.jpg

Le BPC Mistral à Saint-Pétersbourg, à la fin du mois de novembre 2009.

 

Source: RIA Novosti.

 

En ce qui concerne la construction des 2 exemplaires en Russie, la question du lieu de leur construction s'est rapidement posée. Les Russes ne disposent en effet plus de capacités suffisantes pour construite de tels navires (21.300 de déplacement à pleine charge et près de 200 mètres de long) qui se trouvaient auparavant à Nikolaïev, en Ukraine. Deux options semblent avoir été envisagées à ce jour par la partie russe: une extension aux chantiers naval Yantar (Kaliningrad), ou de nouvelles infrastructures du côté des chantiers de l'Amirauté,à Cronstadt (Russie). Cette dernière solution était évoquée au sein d'un de nos précédents articles.

Pour ce qui est des sytèmes électroniques, nous pouvons nous demander dans quelle mesure la Marine russe pourrait s'en servir étant donné qu'elle utilise des systèmes différents du SENIT et du SIC-21 pour ses communications et la gestion de l'environnement tactique.

Elle devra donc installer ses propres appareils et systèmes si elle veut que ses "Mistral" puissent communiquer avec le reste des unités à mer et à terre.

Cela étant, le SIC-21 a été conçu pour être totalement compatible avec les standards de sécurité de l'OTAN, et c'est probalement là que se situe le coeur du problème sur lequel buttent les négociations franco-russes.

La conclusion de ce contrat a en effet déjà suscité suffisement de vague au sein même de l'OTAN,  alors qu'en serait-il si Paris vendait effectivement les "Mistral" avec tous leurs systèmes électroniques? Enjeux politiques ou véritables questions de sécurité des systèmes d'information de l'OTAN ?

Probalement un peu des deux...

Par Khan - Publié dans : BPC pour la Russie - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés