A propos du portail

  • : Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
  • Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
  • : Actualité Politique Guerre Stratégie Russie Actualité
  • : RusNavyIntelligence est un portail dédié à l'actualité des forces navales de la Fédération de Russie. Vous y trouverez quotidiennement des informations portant sur l'actualité des forces navales russes. Des dossiers thématiques sont également proposés, de façon plus ponctuelle. L'aire géographique couverte par les infos de ce portail est celle qui relève des 4 flottes dont dispose à ce jour la Fédération de Russie, plus la flottille de la Caspienne.
  • Partager ce blog
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2011

Partager

Derniers Commentaires

Articles de l'auteur

Quelques publications et contributions de Igor Delanoë :

 

  • "The Syrian Crisis : a Challenge to the Black Sea Stability", Center for International and Europen Studies, CIES Policy Brief, n° 2, 2014, 8 pages.
  • "Sébastopol : de l'URSS à l'Ukraine, les enjeux du changement de souveraineté de 1991", Cahiers de la Méditerranée, n° 86, décembre 2013, pp. 141-150.
  • "Le partenariat russo-vietnamien et le retour de la marine russe dans les 'eaux bleues' ", Défense et Sécurité Internationale, n° 97, novembre 2013, pp. 54-59.
  • "Cyprus, a Russian Foothold in the Changing Eastern Mediterranean", Middle East Review of International Affairs, vol. 17, n° 2, summer 2013, pp. 84-93.
  • "Les déterminants de la posture de la Russie sur la crise syrienne", Note d'analyse, Fondation Méditerranéenne d'Etudes Stratégiques, 16 juin 2013.
  • "Flotte russe de la mer Noire : vers une "flotte forteresse" à l'horizon 2020", Revue de Défense Nationale, n° 760, mai 2013.
  • "Russie-Israël : les défis d'une relation ambivalente", Politique étrangère, vol. 78, n° 1, printemps 2013, pp. 119-130.
  • "La Russie poursuit ses ventes d'armes au régime d'Assad", Le Figaro, 18 février 2013.
  • "Le partenariat stratégique russo-syrien : la clef du dispositif naval russe en Méditerranée", Note de la FRS, note n° 6/13, 9 pages.
  • "La Russie et Israël : entre méfiance réciproque et coopération bilatérale. Les enjeux d'une relation ambivalente", Recherches et Documents, n° 6/2010, 50 pages.

Quelques sources du portail.

Za Rodina

Ce blog est membre du réseau Za Rodina.

Plus d'informations en cliquant sur l'icône.

 

rodina mat

D'où venez-vous ?

Flotte d'origine

Pavillon de Saint-André

Syndication

  • Flux RSS des articles

En bref

Lundi 14 avril 2014

 

Trois bâtiments français croisent actuellement en mer Noire :  le bâtiment de soutien de plongée Alizé, qui a franchi les Détroits turcs le 28 mars dernier, le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Laume, entré en mer Noire le 10 avril dernier, et la frégate de lutte ASM Dupleix, en mer Noire depuis ce jour.

Le destroyer américain USS Donald Cook (classe Arleigh Burke) croise également en mer Noire depuis le 10 avril dernier. (Black Sea News)

Commentaire : la Convention de Montreux (1936) interdit à ces bâtiments de séjourner plus de 21 jours en mer Noire.

 

Les essais en mer du SNLE K-551 Vladimir Monomakh (Projet 955) et du SSGN K-329 Severodvinsk (Projet 885) reprendront cet été. L'admission au service actif du K-551 est toujours prévue d'ici fin 2014 : le submersible devrait procéder auparavant à un tir de missile Boulava. On apprend par ailleurs que le quatrième Boreï, le Kniaz Vladimir (Projet 955M), a complété ses essais hydrauliques à Sevmash (essais débutés en octobre dernier). Enfin, la formation de la coque du troisième Yasen, le K-573 Novosibirsk (Projet 885.1) est achevée. (Ria Novosti)

 

Vendredi 28 mars 2014

 

Mon post sur la situation énergétique de l'Ukraine, publié par Alliance géostratégique. Il s'agit d'une analyse de l'accord signé par Viktor Ianoukovitch et Vladimir Poutine le 17 décembre dernier. Même si cet accord appartient à l'histoire, les tendances de fonds demeurent inquiétantes pour l'Ukraine qui ne bénéficiera plus de la "ristourne" sur le prix du gaz appliquée par Moscou en échange de la location de la base navale de Sébastopol. Bonne lecture!

 

Retrouvez toutes les brèves du Portail

Mercredi 1 août 2012 3 01 /08 /Août /2012 11:58

Lors de la cérémonie de mise sur cale du quatrième SNLE de type Boreï, le Kniaz Vladimir,  qui s'est déroulée à Sevmash (Severodvinsk) le 30 juillet dernier, le Président russe Vladimir Poutine a évoqué la modernisation des forces navales russes.

Poutine.JPEG

Vladimir Poutine à Sevmash, 30 juillet 2012. Source: Itar-TASS.

La Russie entend moderniser ses forces navales d'ici 2020 afin de disposer d'une flotte océanique, garante de son statut de grande puissance. C'est en substance un des messages qu'est venu faire passer Vladimir Poutine lors de son discours prononcé le 30 juillet dernier à Sevmash :

"Nous croyons que notre pays doit maintenir et renforcer son statut qui fait de lui l'une des grandes puissances navales du monde" a ainsi déclaré le Président russe, avant d'annoncer que, d'ici 2020, les forces navales de la Russie seraient dotées de 75 nouveaux bâtiments. Il s'agira de 51 bâtiments de surface et de 24 submersibles, dont 8 SNLE de type Boreï et Boreï A. Vladimir Poutine a par ailleurs rappelé que la Russie investirait 4,4 trillions de roubles d'ici 2020 pour moderniser ses forces armées, dont 23,4% de ce budget seraient consacrés à la modernisation de la flotte. Tous les submersibles et 49 des 51 bâtiments de surface seront construits dans les chantiers navals russes. Le matériel militaire moderne devrait représenter 30% des équipements en usage dans l'armée russe en 2016, et 70% en 2020. Le Président a par ailleurs déclaré que la reprise des constructions navales en Russie était une chance pour l'industrie du pays qui bénéficiera aussi de l'effort de modernisation.

 

Le Président a rappelé les deux principales missions des forces navales russes modernisées : la dissuasion nucléaire dont l'épine dorsale reste la composante sous-marine (SNLE du Projet 955 et 955A), et le développement de groupes navals multitâches qui doivent apporter à la Russie la capacités d'intervenir dans l'océan mondial face à une menace, de protéger ses lignes de communications et sa marine marchande.

Kniaz-Vladimir.jpg

Plaque du nouveau Boreï A : le Kniaz Vladimir. Source : kulashovoleg.livejournal.com

Notons qu'en baptisant son 4e SNLE Kniaz Vladimir, et en abandonnant le nom de Saint-Nicolas, les quatre nouveaux SNLE russes porteront tous les noms de grands princes russes : Iouri Dolgrouki (1090 - 1157), fondateur de Moscou ; Alexandre Nevski (1220 - 1263) qui repoussa les Suédois et les Chevaliers Teutoniques ; Vladimir Monomakh (1052 -1125), fondateur de la ville de Vladimir ; Prince Vladimir, ou Vladimir le Grand (958 - 1015), le grand prince de Kiev.

 

Sources : RIA Novosti ; Barents Observer ; Itar-TASS ; kulashovoleg.

 

Pour aller plus loin :

La Flotte de la mer Noire devrait recevoir 6 nouveaux bâtiments en 2013.

La Russie prévoit de construire un destroyer de nouvelle génération en 2016.

SNLE Boreï : le Ministère de la Défense russe et OSK ont signé le contrat.

Par Khan - Publié dans : Actualité - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 29 juillet 2012 7 29 /07 /Juil /2012 16:30

A l'occasion d'une conférence de presse donnée en prévision de la Journée de la Marine qui se déroule ce 29 juillet en Russie, le commandant en chef des forces navales , le vice-amiral Viktor Tchirkov, a évoqué le développement de la Marine russe. Les principaux thèmes abordés par le commandant ont été les forces sous-marines, la reconstitution d'une flotte océanique et la présence navale russe à l'étranger.

195508765.jpg

Fête de la Marine russe à Sébastopol (Crimée), 29 juillet 2012. Source : RIA Novosti.

 

Au cours d'une conférence de presse, le commandant en chef de la Marine russe a annoncé que d'ici la fin de l'année 2012, les forces navales auront reçu entre 10 et 15 nouveaux bâtiments, incluant un SNLE, des sous-marins classiques, des frégates, des corvettes et des patrouilleurs. En ce qui concerne les SNLE de nouvelles génération du Projet 955, le navire tête de série, le K-535 Iouri Dolgorouki, sera finalement admis en service actif fin octobre 2012, après que deux nouveaux tirs d'essai du missile stratégique Boulava aient été réalisés à partir du K-550 Alexandre Nevski (Projet 955). Bien que les tests d'Etat du sous-marin soient officiellement terminés, le commandant à cependant indiqué qu'il était nécessaire de travailler encore sur le bâtiment afin d'en améliorer les capacités.

La construction du troisième Boreï, le Vladimir Monomakh, se poursuit, tandis que la mise sur cale du quatrième Boreï, le Kniaz Vladimir, est prévue pour le 30 juillet à Sevmash (Severodvinsk). En outre, le commandant a évoqué le Projet 885 Yasen dont la construction du sous-marin tête de série, le Severodvinsk, est achevée, tandis que celle du second, le Kazan, se poursuit à Sevmash.

La reprise de la production des submesibles du Projet 677 Lada a été annoncée ; le bâtiment tête de série B-585 Saint-Pétersbourg, transféré à la Flotte du Nord, ayant semble t'il réussi une série de tests en mer Blanche (plongée et tirs par grande profondeur). La construction de deux unités supplémentaires, le B-586 Cronstadt (coque achevée à 10%) et le B-587 Sébastopol (coque achevée à 40%) a donc repris au chantier naval de l'Amirauté (Saint-Pétersbourg).

 

Le commandant a réaffirmé que la Flotte de la mer Noire, d'ici 2020, serait dotée de 6 nouveaux sous-marins classiques du Projet 636 Kilo : trois premières unités devraient être affectées à la mer Noire d'ici 2014, une en 2015 et deux en 2016.

 

En ce qui concerne les BPC de type Mistral achetés par la Russie à la France, le Sébastopol et le Vladivostok, leur construction se poursuit. Deux des quatre bâtiments que la Russie entend acheter seront affectés à la Flotte du Pacifique et basés à Vladivostok.

 

Le vice-amiral Tchirkov a par ailleurs évoqué la reconstitution d'une flotte océanique russe. La Russie prévoit de construire un nouveau porte-avions, et les travaux d'études et de conception sont déjà engagés, de même que le budget nécessaire à ces travaux préliminaires. Toutefois, aucune somme n'a été budgetée d'ici 2020 en ce qui concerne la construction du bâtiment. L'avant projet devrait être livré au Ministère russe de la Défense d'ici la fin 2012.

La Russie prévoit également de construire un nouveau type de destroyer de classe océanique : "Nous travaillons aujourd'hui sur un nouveau projet de destroyer de 14 000 tonnes de déplacement ; ce travail est achevé et vous en saurez bientôt plus à ce sujet" a indiqué le commandant.

En outre, la Russie entend procéder dans les cinq années à venir à la modernisation du croiseur nucléaire lance-missiles Amiral Nakhimov (Projet 1144.2) afin d'augmenter ses capacités océaniques.

 

Enfin, la Marine russe sera dotée de corvettes multifonction capable de mener des missions ASM, des missions de déminage et de protection des côtes.

 

Le commandant en chef des forces navales a ensuite évoqué la présence navale russe à l'étranger. La Russie entend ainsi conserver et moderniser la point logistique naval de Tartous (Syrie) qui facilite la présence des bâtiments russes en Méditerranée et dans le golfe d'Aden. En outre, s'il n'est pas question d'ouvrir des bases navales russes à l'étranger, la Russie cherche cependant à disposer de point d'appui logistique pour sa flotte ailleurs dans l'océan mondial. Selon le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, des discussions sont actuellement en cours avec Cuba et le Viet-Nam sur la possibilité pour les navires de guerre russes de disposer de telles facilités dans les ports de ces pays là.

 

Sources : vpk-name ; RIA Novosti.

 

Pour aller plus loin :

Des bâtiments de guerre russes arrivent en Méditerranée.

La Flotte de la mer Noire devrait recevoir 6 nouveaux bâtiments en 2013.

La Marine russe recevra 60 nouveaux bâtiments d'ici 2020.

Par Khan - Publié dans : Actualité - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 24 juillet 2012 2 24 /07 /Juil /2012 19:35

La flottille russe qui a quitté Severomorsk le 10 juillet dernier a franchi aujourd'hui le détroit de Gibraltar pour rentrer en Méditerranée où elle doit se joindre à des navires de la Flotte de la mer Noire.

 

Le groupe de bâtiments de la Flotte du Nord qui a quitté Severomorsk (Brève du 10 juillet dernier) a entre temps été rejoint par un détachement de navires de la Flotte de la Baltique. La flottille, qui a franchi ce jour le détroit de Gibraltar, est donc composée des unités suivantes :

 

  • Flotte du Nord :

Grand navire de lutte ASM Amiral Chabanenko ; les grands navires de débarquement Kondopoga, Alexandre Otrakovski et Saint-Georges le Victorieux.

  • Flotte de la Baltique :

Les frégates Neustrachimy et Yaroslav Mudry, le remorqueur SB-921, le pétrolier ravitailleur Lena.

 

Cette flottille doit se joindre à un détachement de la Flotte de la mer Noire composé de la frégate Smetlivy, des grands navires de débarquement César Kunikov et Nikolaï Filtchenkov, ainsi que de deux navires de soutien qui croisent actuellement dans le bassin oriental de la Méditerranée. La flottille sera enfin rejointe par le grand navire de lutte ASM Vice-amiral Koulakov (Flotte du Nord) qui participait jusque là à l'opération de lutte contre la piraterie dans le golfe d'Aden. La Russie dispose donc aujourd'hui en Méditerranée d'une groupe naval composé d'unités issues de trois de ses flottes : celle du Nord, de la Baltique et de la mer Noire.

 

Les navires russes doivent se livrer à des exercices navals en mer Méditerranée et en mer Noire afin d'améliorer notamment leurs capacités à agir sous un commandement unique. Par ailleurs, il est prévu que des navires russes fassent une halte dans le port syrien de Tartous où la Russie dispose d'un point d'appui naval. Le 10 juillet dernier, une source au sein de la Marine avait indiqué que cette visite était prévue de longue date et n'avait aucun lien avec les événements qui se déroulent actuellement en Syrie.

Toutefois, d'après le directeur adjoint de l'agence fédérale russe en charge de la coopération militaro-technique, la flottille méditerranéenne russe doit également assurer la libre circulation des navires de frêt russes se dirigeant vers la Syrie, et éviter ainsi que ne se reproduise l'épisode du navire Alaed.

Alaed.jpg

L'Alaed à quai à Saint-Pétersbourg. Source : RIA Novosti.

 

Le navire Alaed, appartenant à la société russe Femco, avait en effet quitté le port de Baltiisk au mois de juin dernier avec à son bord des hélicoptères de combat Mi-25 et des systèmes de défense antiaérien. Un certain nombre de pays occidentaux soupçonnaient le navire de se rendre en Syrie, ce qu'avait alors démenti Femco. L'Alaed avait donc été contraint de se dérouter vers Mourmansk, son assureur britannique, Standard Club, ayant décidé d'annuler le contrat d'assurance. Une fois placé sous pavillon russe, le bâtiment a quitté Moumansk et mis le cap sur Saint-Pétersbourg où il est arrivé vendredi 20 juillet dernier. Selon les autorités portuaires pétersbourgeoises, l'Alaed a chargé aujourd'hui à son bord une nouvelle cargaison dont la nature reste cependant inconnue.

 

Source : RIA Novosti ; Navy.ru ; Defensenews.com.

 

Pour aller plus loin :

Des bâtiments de la flotte de la mer Noire vont se rendre en Syrie.

Un navire russe est arrivé à Tartous avec une "cargaison dangeureuse".

Le système de défense Bastion est opérationnel en Syrie.

Par Khan - Publié dans : Actualité - Communauté : Géopolitique et géostratégie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 21 juillet 2012 6 21 /07 /Juil /2012 14:18

Fruit de la coopération militaro-technique russo-indienne, le missile de croisière supersonique BrahMos devrait entrer en dotation au sein de l'armée et de la Marine russe.

 

Cette décision a été annoncée à l'issue d'une rencontre qui s'est déroulée le 17 juillet dernier à New-Delhi entre le vice-Premier Ministre russe, Dmitri Rogozin, et le Ministre indien de la Défense, A. K. Anthony. Le BrahMos, qui dispose d'une portée de 290 km, a été conçu en 1998 dans le cadre du partenariat militaro-technique indo-russe. Il est aujourd'hui en dotation dans les forces armées et la Marine indienne.

458286.JPEG

Source : Arm-TASS.

Le missile fait l'objet de développements supplémentaires : une version destinée à l'armée de l'air serait actuellement à l'étude. La phase de test de cette variante aérienne devrait s'achever fin 2012. Il est également question de décliner le BrahMos en version sous-marine, et un premier tir d'essai devrait intervenir cette année vers la période d'octobre-novembre. Si le tir est un succès, il ouvre de nouvelles perspectives pour équiper les sous-marins diesels indiens du Projet Amour-1650. Le bureau d'étude Rubin (Saint-Pétersbourg) pourrait alors en effet proposer à New-Delhi ces submersibles, dont il est le concepteur, équipés soit de missiles "Club" ou de missiles "BrahMos". Selon le choix de la Marine indienne d'opter pour l'une ou l'autre des versions, Rubin devra modifier les plans des submersibles. En effet, si les missiles "Club" sont tirés de manière horizontale, le BrahMos est tiré verticalement. Il faudrait donc revoir la tranche missile des Amour-1650 éventuellement vendus à l'Inde dans le cadre de l'appel d'offre 75I qui prévoit l'achat par New-Delhi de six submersibles à propulsion classique.

Une version hypersonique du BrahMos (vitesse supérieure à Mach 5) devrait être par ailleurs élaborée au cours des cinq années à venir.

 

Le Ministre indien de la Défense a également saisi l'occasion de la visite à New-Delhi de Dmitri Rogozine pour lui demander de faire le nécessaire afin que le calendrier de livraison du porte-avions indien Vikramaditya (ex-Gorchkov) soit respecté. Le bâtiment, qui subit actuellement des tests à Sevmash (Severodvinsk), devrait être livré à l'Inde au mois de juillet 2013, après le (nouveau) report de sa livraison qui devait intervenir au mois de décembre 2012.

 

En matière de bâtiments de surface, la coopération russo-indienne ne semble pas devoir en rester là. En effet, si l'on en croit l'édition du 16 juillet dernier du journal indien  Indian Today, New-Delhi envisagerait de commander trois frégates supplémentaires à la Russie. Il s'agirait de frégates du Projet 11356 (classe Talwar/Krivak IV), dont la Marine indienne dispose déjà de 4 unités. Deux autres unités supplémentaires sont en construction au chantier naval Yantar (Kaliningrad). D'après le journal, les deux parties auraient déjà eu des entretiens préliminaires sur cette question à Moscou, et, selon un officiel indien ayant requis l'anonymat, "les discussions devraient se concrétiser d'ici quelques jours".

 

Sources : Itar-TASS ; Flotprom ; bmpd ; Indian Today.

 

Pour aller plus loin :

Le porte-avions indien se prépare pour des essais en mer de Barents.

Le missile BrahMos atteint Mach 6.5

Le commandant en chef de la Marine indienne en visite en Russie.

Par Khan - Publié dans : Russie-Inde - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 8 juillet 2012 7 08 /07 /Juil /2012 17:00

Le commandant en chef de la flotte de la mer Noire a annoncé que six nouveaux bâtiments, trois submersibles et trois frégates, devraient entrer en service au sein de sa flotte au cours de l'année 2013. Toutefois, les délais risquent d'être compliqués à tenir pour les chantiers navals concernés.

 

C'est le commandant en chef de la flotte de la mer Noire, le contre-amiral Fedotenko, qui a annoncé, dans un entretien accordé à l'agence de presse russe RIA Novosti, la poursuite du programme de modernisation de la flotte. La flotte russe de la mer Noire doit ainsi recevoir en 2013 trois frégates et trois submersibles à propulsion classique.

 

Les trois frégates sont actuellement en cours de construction au chantier naval Yantar (Kaliningrad). Il s'agit de frégates du Projet 11356 (plan ci-dessous). L'Amiral Grigorovitch, mise sur cale en décembre 2010, devrait être lancée d'ici la fin de l'année, avec une livraison à la Marine russe prévue pour l'automne 2013. La seconde frégate, l'Amiral Essen, a été mise sur cale il y a tout juste un an, le 8 juillet 2011. Sa livraison devrait intervenir également en 2013. Enfin, la troisième unité est la frégate  Amiral Makarov, mise en chantier à la fin du mois de février dernier. Il semble difficile de programmer sa livraison pour 2013 : le navire devrait plutôt être remis au Ministère russe de la Défense courant 2014. Enfin, une quatrième frégate, l'Amiral Kornilov, doit être mise sur cale d'ici la fin de l'année.

11356

Les trois submersibles classiques évoqués sont ceux du Projet 636.3 (classe Kilo) qui sont construits au chantier naval de l'Amirauté (Saint-Pétersbourg). Il s'agit  d'abord du B-261 Novorossisk, mis sur cale au mois d'août 2010 : sa livraison est prévue pour 2013. Le B-237 Rostov-sur-le-Don a été mis sur cale fin novembre 2011, aussi sa livraison devrait plutôt intervenir en 2014. Enfin, le troisième submersible est le Stavropol, dont la mise sur cale doit intervenir cette année. Aussi, il est peu probable que la flotte de la mer Noire reçoive 3 submersibles du Projet 636.3 en 2013. Tout au plus, elle en recevra un, le B-261. En revanche, il est peut-être possible qu'elle reçoive, au moins temporairement, le renfort du B-585 Saint-Pétersbourg (Projet 677, classe Lada), si toutefois les essais de ce bâtiment donnent satisfaction à la Marine russe, ce qui n'a manifestement pas été le cas lors de la dernière campagne de tests réalisée cette année. La Marine russe ne met en oeuvre actuellement qu'un seul submersible en mer Noire, le B-871 Alrosa (Projet 877V).

 

A noter que le U-01 Zaporojhie (ex B-435 soviétique, Projet 641), l'unique sous-marin ukrainien, a réalisé avec succès une sortie en mer le 4 juillet dernier, sortie au cours de laquelle il a effectué des essais. Lors de cette sortie, les machines du sous-marins ont été testées à plein régime et le matériel de navigation a également fait l'objet de tests. La dernière sortie du submersible datait du 12 juin : elle avait révélé un certain nombre de problèmes qui ont depuis été corrigés. L'Ukraine a du faire appel à des spécialistes russes afin de retrouver l'utilisation de ce bâtiment après 22 ans de travaux.

 

Source : Flotprom ; Цамто ; Russian-ships.info.

 

Pour aller plus loin :

Une nouvelle frégate pour la Flotte russe de la mer Noire.

La composante sous-marine de la Flotte russe a fêté ses 106 ans.

Les sous-marins de la Flotte de la mer Noire.

Par Khan - Publié dans : Flotte de la Mer Noire - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 24 juin 2012 7 24 /06 /Juin /2012 16:09

Le directeur du consortium des constructions navales russes OSK a annoncé que la Russie prévoit de mettre sur cale en 2016 un destroyer de nouvelle génération.

 

Nous avons régulièrement évoqué sur ce blog les projets de la Russie concernant la (re)constitution d'une flotte océanique. Cette ambition était affichée dès 2001 dans la doctrine navale de la Fédération de Russie pour la période 2001-2020. Depuis, la question a été régulièrement ramenée sur le devant de la scène navale russe à travers, par exemple, les débats autour de l'opportunité lancer les études sur la conception d'un nouveau porte-avions en Russie. Dernièrement, ces sont les déclarations de Roman Trotsenko, le directeur d'OSK, le consortium des constructions navales russes, qui sont venues rappeler qu'en Russie, il est toujours question de doter la Marine de bâtiments de haute-mer.

C'est à l'occasion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg que le dirigeant a déclaré le 22 juin dernier qu'OSK prévoyait de mettre sur cale en 2016 le premier exemplaire du destroyer de nouvel génération. Le lieu de la déclaration n'est pas anodin : il s'agit de démontrer que malgré la crise économique, la Russie entend soutenir l'effort de réarmement dans lequel elle s'est engagée au moins jusqu'en 2020.

Roman Trostenko a déclaré que l'objectif était de construire une série de 6 destroyers de quatrième génération équipés d'un système de défense anti-missiles et défense contre des armements spatiaux. Les travaux de conception auraient, selon le directeur d'OSK, déjà débuté dans les bureaux d'études Severnoe si bien qu'il est possible d'envisager la mise sur cale de la première unité dès 2016. La construction des bâtiments devrait être répartie sur deux chantiers navals à part égale : le chantier naval du Nord et l'usine de la Baltique, tous deux situés à Saint-Pétersbourg. Roman Trotsenko a ajouté que ces destroyers constitueront l'épine dorsale de la défense spatiale russe dans l'océan mondiale, sans toutefois préciser quels éléments de la défense spatiale seraient déployés à bord des bâtiments (radar, intercepteurs...).

 

Ces déclarations amènent au moins deux réflexions : la première sur les capacités de construction, et la seconde sur le type de navires que projettent de construire les Russes.

En ce qui concerne les capacités, les chantiers navals situés à Saint-Pétersbourg, qui est l'un des principaux pôles de constructions navales russes, sinon le principal, devraient ainsi assurer la construction des destroyers. Toutefois, les industriels et les dirigeants russes parviendront-ils à éviter le phénomène d'engorgement des cales et donc les retards induits par un carnet de commande trop chargé ? OSK semble apporter une réponse à ce défi à travers la construction prochaine d'un immense complexe de constructions navales sur l'île de Kotline (Golfe de Finlande) qui sera en charge de la mise en chantier de bâtiments civils (à partir de 2015) et militaires (2018). Les installations, pour lesquelles le consortium va débourser près de 60 milliards de roubles (1,4 milliards €), auront une capacité de construction 15 fois supérieure à celles de tous les chantiers navals existants en Russie. Si le calendrier de construction est respecté, l'ouverture d'un tel complexe apportera une bouffée d'oxygène aux autres chantiers navals pétersbourgeois.

Kotline.jpg

Montage de ce à quoi pourrait ressembler le futur pôle de constructions navales construit par OSK. Source : Flot Prom

De quel type de navire parle t'on ?

Actuellement, les destroyers en service dans la Marine russe sont ceux de conception soviétique du Projet 956 (classe Sovremenny, 8 000 tonnes à pleine charge) mis en service entre 1980 et 1993. Quatre exemplaires ont bien été construits dans les années 2000, mais ils l'ont été pour le compte de Pékin. Afin de maintenir des capacités suffisantes pour assurer sa présence ponctuelle en haute-mer, la Russie a pour le moment eu surtout recours à des mesures provisoires comme le projet de remise en service de croiseurs nucléaires soviétiques du Projet 1144.

Projet-21956.jpg Source : sdelanounas.ru

Il y a maintenant trois ans, l'amiral Vissotski, qui était alors le commandant en chef des forces navales russes, avait déclaré que la construction de nouveaux destroyers destinés à remplacer ceux du Projet 956, débuterait dès 2012. Toutefois, depuis le début de la seconde moitié des années 2000, des éléments concernant le design, la fonction et les équipements du futur destroyers avaient été donnés par les bureaux d'études Severnoe en charge de la conception du bâtiment. Le bâtiment, construit sous le numéro de Projet 21956, est un destroyers d'un déplacement de 9 000 tonnes, conçu pour les opérations de combat sur les mers et les océans contre d'autres forces navales hostiles, apte à mener la lutte anti-surface, ASM et anti-aérienne tout en apportant un soutien à des troupes menant des opérations amphibies. Il s'agit donc d'un destroyer de 4e génération multitâches qui se veut être l'alter ego russe au bâtiment de classe Arleigh Burke américain. Les navires du Projet 21956 mettent de plus en oeuvre des missiles anti-navires supersoniques et disposent d'un revêtement censé diminuer leur signature radar et sonar, et sont également apte à gérer les menaces provenant de l'espace. Cette dernière dimension sera, semble t'il aussi, gérée par le futur porte-avions russe.

Projet-21956.2.jpg

Projet-21956.3.jpg

Source : site du bureau Severnoe.

A l'origine, il semblait que les bâtiments de ce projet seraient avant tout destinés à l'export (Chine et Inde), mais il se pourrait bien que la Russie décide d'intégrer à ses propres forces navales le Projet 21956.

 

Sources : Flot Prom ; RIA Novosti ; ЦАМТО, site de Severnoe Design Bureau ; Deagel ; Russian ships.info.

 

Pour aller plus loin :

Vers un renouveau de la marine océanique russe ?

La Marine russe va remettre en service deux autres croiseurs nucléaires.

La Marine russe renoue avec des ambitions océaniques.

Par Khan - Publié dans : Surface - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juin 2012 6 16 /06 /Juin /2012 12:08

Le SNLE est rentré hier de mer Blache où il subissait des essais. OSK envisage désormais de livrer le submersible au Ministère de la Défense russe.

 

Le K-535 Iouri Dolgorouki (Projet 955, photo), SNLE de nouvelle génération, se trouve actuellement à Sevmash après une campagne d'essais en mer réalisés en mer Blanche avec succès. Le submersible a également accompli tous les tests usines prévus. Le cycle des essais d'Etat se trouve donc dans sa phase finale, ce qui permet à OSK, le consortium des constructions navales russes, d'envisager une livraison du sous-marin "dans un avenir proche".

Dolgorouki

Dans les prochains jours, le sous-marin nucléaire Severodvinsk, également construit par Sevmash, entamera une campagne d'essais en mer. Le second Boreï, le K-550 Alexandre Nevki, se prépare par ailleurs à effectuer des essais en mer Blanche. Enfin, la construction du Vladimir Monomakh, le troisième Boreï du Projet 955, entrerait dans sa dernière étape.

 

Source : i-mash.

 

Commentaire :

Date probable de remise à la Flotte du bâtiment : le 29 juillet prochain, Jour de la Marine en Russie.

 

Pour aller plus loin :

SNLE Boreï : le Ministère de la Défense russe et OSK ont signé le contrat.

Quel prix pour les Boreïs et les Yasens ?

La Russie prolonge la durée de vie de ses SNLE Delta IV.

Par Khan - Publié dans : Sous-marins - Communauté : Russie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juin 2012 6 16 /06 /Juin /2012 11:31

Un détachement de navires de la Flotte russe de la mer Noire se prépare à quitter Sébastopol pour se rendre en Syrie.

Smetlivyy2007Sevastopol.jpg

Le Smetlivy à quai à Sébastopol. Le navire est rentré d'une mission au large de la Syrie il y a deux semaines. Fera t'il partie de la prochaine expédition ?

Selon une source au sein de l'Etat-major général russe, des navires de la flotte de la mer Noire devraient bientôt quitter Sébastopol (Crimée), port d'attache de la flotte, pour se rendre en Syrie :

 

"Dans la mesure où la Méditerranée relève de la zone de compétence de la flotte de la mer Noire, il est normal que des navires de guerre s'y rendent pour assurer, si nécéssaire, la sécurité du point d'appui logistique de Tartous que la Russie loue à la Syrie" a déclaré la source à l'agence de presse russe Itar-TASS avant de poursuivre en indiquant que "C'est pourquoi plusieurs navires de guerre de la flotte de la mer Noire se préparent à effectuer une sortie en mer, y compris des grands navires de débarquement avec des unités de fusiliers marins à leur bord".

 

La source a par ailleurs catégoriquement démenti les affirmations de certains médias américains selon lesquels un bâtiment de la flotte de la mer Noire se trouverait déjà à Tartous : "Tous nos bâtiments se trouvent à leur base de Sébastopol. A l'exception du grand navire de débarquement César Kunikov, mais il ne fait pas route de la mer Noire vers la Méditerranée, mais de la Méditerranée vers la mer Noire, après une halte dans le port italien de Messine ; il devrait arriver samedi à Sébastopol". La source a poursuivi avec une note d'ironie : "Ou le renseignement américain travaille mal, ou il connaît mal sa géographie".

La chaîne américaine NBC, citant des responsables américains, avaient affirmé plus tôt que la Russie avait déjà dépêché à Tartous un navire de guerre, et qu'elle avait également déployé à Tartous un détachement de soldats afin d'y protéger ses installations. Aucun commentaire n'a été fait à la Maison Blanche suite à le diffusion de ce reportage.

 

Source : Itar-TASS.

 

Commentaire :

Il y a moins d'un mois, la frégate Smetlivy, le navire de renseignement Kildin, le tanker Iman et le navire de soutien logistique PM-38 se trouvaient au large de la Syrie. Depuis, la frégate Smetlivy est rentrée à Sébastopol (franchissement du Bosphore le 30 mai dernier). Qu'en est-il du Kildin ?

 

Pour aller plus loin :

Le groupe aéronaval russe fait escale en Syrie.

Le système de défense Bastion est opérationnel en Syrie.

La présence navale russe en Syrie.

Par Khan - Publié dans : Actualité - Communauté : Défense et Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés