Alors que la Russie doit recevoir ses deux premiers Mistrals en 2014, les forces amphibies russes devraient recevoir au cours de la même période un navire de débarquement d'un nouveau type.


1171.1.jpg

L'Ivan Gren (voir photo ci-contre), première unité du Projet 1171.1 (classe Ivan Gren), appartient à une nouvelle classe de bâtiment amphibie construite à Kaliningrad par les chantiers navals Yantar. La construction de ce bâtiment, mis sur cale fin 2004, a été retardée jusqu'en 2008 par des problèmes de financements. La coque a été achevée fin 2009, et la livraison du navire doit intervenir prochainement, fin 2011-début 2012. Comme l'a indiqué le quotidien russe Izvestia, l'Ivan Gren doit par la suite subir une série d'essais au cours de l'année 2012 avant d'être remis en 2013 aux forces navales russes. Ainsi, à l'horizon 2013-2014, les forces amphibies russes seront renforcées non seulement par l'arrivée des Mistrals, mais également par la mise en service de la première unité de ce Projet 1171.1. Toutefois, l'Ivan Gren ne risque t'il pas de rester un exemplaire unique, comme cela s'est déjà produit pour d'autres projets au sein de la Marine soviétique ?

 

L'Ivan Gren est un navire de 5.000 tonnes, avec des capacités plus réduites que celles offertes pas le Mistral : il est en mesure de faire débarquer une task force de 300 hommes, 40 véhicules de transport ou 13 chars. Une rampe située à l'avant permet de plager les troupes et le matériel tandis que son pont peut recevoir un hélicoptère Ka-29. Aussi, il semblerait que la Marine russe envisage de l'affecter au sein des flottes déployées dans les mers dites "fermées", c'est-à-dire en mer Noire ou en mer Baltique.

Ivan Gren vazlat

Selon Izvestia, qui s'appuie sur une source au sein de Yantar, ce navire est à ce jour le seul de sa classe. Les discussions portant sur la mise sur cale d'une seconde unité, entamées depuis presque un an entre les chantiers navals et le Ministère russe de la Défense n'ont en effet toujours pas abouti. Le coût unitaire d'un tel navire s'élève à environ 5 milliards de roubles, soit environ 116 millions d'euros. Le retard dans la commande de la seconde unité s'expliquerait par le fait que les militaires attendent les essais du navire tête de série pour se prononcer, et le cas échéant, demander au constructeur des modifications. Une telle éventualité, outre le fait qu'elle générerait des délais supplémentaires liés aux modifications à apporter au projet initial, aboutirait à un "Projet 1171.1M".

 

Toujours selon cette source, la Marine russe a besoin 18 navires de type Ivan Gren pour répondre à ses besoins en forces amphibies, et remplacer les anciennes unités construites entre les années 1960 et 1980. Si les 4 Mistrals à eux seuls peuvent combler la moitié des capacités requises, les unités du Projet 1171.1 pourraient compléter la moitié restante.


Toutefois, la nécéssité de disposer de tels navires fait encore débat au sein de la Marine russe. Une partie des experts et des officiers souhaitent en effet que de nouveaux navires de combat entrent prioritaiement en dotation au sein des forces navales.

 

Source : Izvestia ; VPK Name ; Red Stars.

 

Pour aller plus loin :

Les Mistral russes embarqueront de Ka-52 navalisés.

Mistral russes : la France accepte les transferts de technologies.

La Marine russe renoue avec des ambitions océaniques.

Tag(s) : #Surface
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog