Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Etat-major de la marine russe mécontent des nouvelles corvettes furtives

1 Mars 2013 , Rédigé par Khan Publié dans #Surface

L'Etat-major de la marine russe a refusé de poursuivre le programme de construction des corvettes furtives du Projet 20385 qu'il juge trop onéreux et inutile.

 


stereguschiy

La corvette Gremyaschy devrait donc rester l'unique exemplaire du Projet 20385. L'Etat-major de la Marine russe a en effet décidé de stopper la poursuite du programme de construction de ces corvettes furtives, car il lui reproche son coût trop élevé et juge son inutilité somme toute limitée. Toujours d'après la source citée par Izvestia, les deux unités suivantes, Provorny et Spossobny, dont la mise sur cale était prévue au chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg), devraient être converties en un autre type de corvette. Le coût unitaire d'une de ces corvettes a été estimé par l'Etat-major de la flotte entre 14 et 18 milliards de roubles (€350 millions et €450 millions), ce qu'il trouve trop onéreux pour un bâtiment disposant d'un déplacement de 2 200 tonnes (pleine charge) et destiné à opérer à proximité immédiate des côtes russes. En comparaison, une frégate du Projet 11356, dont 3 unités sont actuellement en cours de construction pour la flotte de la mer Noire, coûte le même prix, dispose d'un déplacement de près de 4 000 tonnes, et peut en outre affronter la haute-mer, ce qui n'est pas le cas des corvettes du Projet 20380 et dérivés.

 

C'est dans la conception même de ces corvettes que réside toute la problématique. Conçues par le bureau Almaz (Saint-Pétersbourg), les corvettes polyvalentes du Projet 20385 sont des évolutions du Projet 20380, dont 2 unités sont en service dans la flotte de la Baltique (Stereguschy, photo ci-dessus et Soobrazitelny), et dont 4 autres unités sont en cours de cnstruction à Saint-Pétersbourg (chantier naval du Nord) et à Komsomolsk-sur-l'Amour (chantier naval Amoursky). Disposant de lignes furtives et de matériaux composites, les corvettes du Projet 20385 sont de fait plus des frégates lance-missiles que de simples corvettes. Elles sont en effet équipées d'un lanceur polyvalent Kalibr-NK qui permet de traiter des cibles en surface et à terre. Or, un tel armement a été jugé inutile par la Marine qui compte employer ces bâtiment dans les "eaux brunes" des côtes russes, afin de protéger les approches maritimes en assurant des missions de lutte ASM (deux sonars, hélicoptère Ka-27, système lance-torpilles Paket), des missions d'escorte et de patrouille. Selon la source citée par Izvestia, le système Kalibr fait inutilement "grimper la note" alors que les missions de destruction de cibles terrestres grâce à ce système devraient être prochainement mise en oeuvre dans de bien meilleures conditions par les submersibles classiques du Projet 636 actuellement en cours de construction (6 unités pour la flotte de la mer Noire).

20380_profil.jpg

La marine devrait donc se contenter des corvettes du Projet 20380. Les forces navales russes devaient recevoir, dans le cadre du programme d'armement 2011-2020, 11 corvettes du Projet 20385 et à 3 à 7 corvettes du Projet 20380, toutefois, les plans devraient être donc radicalement reconsidérés. Il existe par ailleurs d'autres variantes du Projet 20380 : le Projet 20380P (pour les patrouilles frontalières), le Projet 20382 (version export) et le Projet 20386 (corvette de nouvelle génération basée sur le Projet 20385).

 

Cependant, les corvettes du Projet 20380 ont également fait l'objet de critiques de la part de certains experts en raison de leur armement peu conséquent et de la faiblesse de leur système de propulsion. Ces critiques reposent sur l'expérience acquise à travers l'utilisation de la première unité, le Stereguschy. Ainsi, un unique système Kortik (surface-air) et deux canons AK-630M ont été jugés insuffisants pour la lutte antiaérienne. Le retard dans le développement du système Polyment expliquerait le recours à des armements peu efficaces contre des attaques aériennes modernes. Par ailleurs, il semblerait que les deux moteurs diesels installés sur le navire tête de série n'ait également pas donnés satisfaction.

 

Actuellement, la corvette Soobrazitelny subit des réparations après un incendie qui l'a endommagé au Danemark en septembre 2012. La corvette Soverscheny, en cours de construction depuis 2006 au chantier naval Amoursky, n'a pas encore été livrée à la marine : le système Redut qui doit l'équiper n'a pas encore effectué les tests nécessaires.

Quant à l'unique corvette du Projet 20385, le Gremyaschy, elle devrait rejoindre la flotte du Nord en 2015.

 

Source : Izvestia ; i-mash

 

Pour aller plus loin :

Les chantiers navals russes peinent à livrer les commandes du Ministère de la Défense

Des Ka-62 navalisés pour les frégates du Projet 20380

La Marine russe recevra 75 nouveaux bâtiments de guerre d'ici 2020.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article