Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le 17 septembre 2003, Vladimir Poutine, alors Président de la Fédération de Russie, signe un décret présidentiel sur la construction d'une nouvelle base navale pour la Flotte de la mer Noire à Novorossiïsk (kraï de Krasnodar, Sud de la Russie). Neuf ans plus tard, alors même que Moscou dispose encore de l'usage de la base navale de Sébastopol, les travaux se poursuivent avec un seul objetcif : livrer à la Marine russe une nouvelle base navale d'ici 2020.

 

Les travaux de construction de la nouvelle base navale ont débuté dès 2004, avec une première enveloppe de 12,3 milliards de roubles (soit un peu plus de €310 millions aujourd'hui) pour les 5 premières années. Mené sous la maîtrise d'ouvrage de l'agence fédérale pour les constructions spéciales (Федеральное Агенство Специального Стройстеьства), le chantiers devait à l'origine durer 10 ans.

 

bases.jpg

Novorossiïsk (en rouge) est situé à l'Est de Sébastopol (en violet), sur le littoral russe de la mer Noire. Image : Google Map. 

 

1/ Une nouvelle base navale ?

 

Plus que de la fondation d'une nouvelle base navale, il s'agit en fait de la requalification et de l'extension des installations navales déjà existantes.

En 1994, le district naval de Novorossiïsk est créé et, dès 1997, la Russie entame dans le port la construction d'infrastructures destinées à accueillir des éléments de la Flotte de la mer Noire. Il s'agit alors pour Moscou d'anticiper un probable retrait des ses navires de la base navale de Sébastopol (Crimée) après 2017, date à laquelle prend fin le bail signé en 1997 par le Kremlin avec Kiev pour l'usage des installations situées en Crimée pour sa Flotte de guerre en mer Noire. Les tensions entre la Russie et l'Ukraine s'accentuant après l'élection de Viktor Iouchtchenko en 2004, la nécéssité de disposer d'un port de guerre russe en mer Noire se fait encore plus forte, Kiev agitant même le spectre d'un retrait anticipé de la Flotte russe stationnée en Crimée avant 2017. En 2005, le Kremlin décide de créer deux nouvelles bases navales pour la Flotte de la mer Noire, et de faire du port de Novorossiïsk une base capable d'accueillir des navires de tout type de rang.  L'éléction de Viktor Ianoukovitch en 2010, et la signature à Kharkov d'un nouveau traité russo-ukrainien prolongeant la présence de la flotte russe en Crimée jusqu'en 2042, ont contribué à donner un peu plus de temps à Moscou pour penser un éventuel redéploiement de sa principale base navale en dehors de la Crimée.

Novorossiisk-2006.jpg

La base navale de Novorossiïsk en 2006 (photo Google Earth).

Novorossiisk-2010.jpg

Novorossiïsk en 2010 : on note l'avancée des travaux avec la construction de la grande plateforme. La structure noire au large fait partie de la future base. (Photo Google Earth).

Plus généralement, la construction d'une nouvelle base navale à Novorossiïsk s'inscrit au sein d'un programme fédéral intitulé "Création d'un système de bases navales pour la flotte de la mer Noire sur le territoire de la Fédération de Russie pour la période 2005-2020". Ce document prévoit également la construction de nouvelles infrastructures navales à Temryuk et à Ieïsk, au sud de Novorossiïsk, mais également dans d'autres villes du kraï de Krasnodar.

 

2/ Un chantier en plusieurs étapes.

 

Au moi de mai 2009, le Premier Ministre Vladimir Poutine chiffre le montant total du chantier de la nouvelle base navale à 92 milliards de roubles (plus de €2,3 milliards) pour la période 2005-2020. Les travaux, débutés en 2004, devaient s'achever dix ans plus tard, en 2014. Une première enveloppe de 12,3 milliards de roubles a été versée pour la période 2004-2009, toutefois, en 2010, le budget avait déjà connu un dépassement puisque le coût des investissements réalisés sur le chantier atteignaient alors 13,5 milliards de roubles (€341 millions). Au mois de mars 2010, le journal russe Vedomosti indique que le chantier a déjà pris du retard. La construction de la base navale doit alors se dérouler en 3 étapes :

  • La première tranche des travaux couvre la période 2004-2011. Les travaux réalisés ont coûté plus de 16 milliards de roubles (plus de €404 millions) et ont porté essentiellement sur des réalisations hydrotechniques, sur la constructions d'infrastructures terrestres (entrepôts, casernes...), la création de quais (Temryuk), de routes... Au début de l'été 2010, les nouvelles infrastructures construites sur les nouvelles emprises de la Marine à Novorossiïsk couvraient près de 8 hectares.

Novo.jpg

Novo2

Novo3.jpg

Le chantier de la nouvelle base navale. Source : forum.sevastopol.info 

  • La seconde tranche des travaux couvre la période 2012-2016. Ces investissements sont budgétés pour les années 2012, 2013 et 2014, à hauteur de plus de 22 milliards de roubles (€555 millions) pour les trois années. Les investissements doivent servir notamment à la construction d'un aérodrome à Ieïesk et Vitiazevo (près d'Anapa), ainsi qu'à la construction d'autres infrastructures (Temryuk, Novorossiïsk, Naturaeïevskaia, Raevskaia).
  • La dernière tranche des travaux couvre la période 2017-2020.

La nouvelle base navale doit accueillir un terminal de chemin de fer, des dépôts de munition ainsi que tous le nécessaires pour l'entretien et la réparation des navires (cales sèches et jetées de plusieures kilomètres).

 

3/ Une nouvelle base pour quels objectifs ?

 

Les nouvelles infrastructures navales construites à Novorossiïsk sont pensées pour accueillir à l'origine une centaine de navires, d'où la nécessité de construire d'autres points d'appui navals, notamment à Temryuk et Ieïsk.

L'idée de choisir Novorossiïsk comme hypothétique nouvelle base navale principale pour la Flotte russe de la mer Noire a suscité, et suscite encore, des débats chez les militaires russes. Deux raisons au moins expliquent cette controverse. Tout d'abord, le redéploiement de la Flotte russe de la mer Noire à Novorossiïsk repose sur un hypothèse difficilement envisageable par nombres de Russes pour des raisons historiques : celui de l'abandon définitif des positions russes à Sébastopol à moyen ou long terme. Par ailleurs, d'un point de vue plus pratique, le site de Novorossiïsk a fait l'objet de critique. Trop ouvert aux vents, la baie de Novorossiïsk est bien moins protégée et offre un mouillage beaucoup moins intéressant que les 8 baies en eaux profondes du port de Sébastopol.

La présence d'une base navale à Novorossiïsk ainsi que d'un dispositif de points forts (Anapa, Temryuk, Ieïsk) sur le littoral oriental de la mer Noire contribue à renforcer la présence de la Russie sur les côtes caucasiennes de la mer Noire. Cette présence se renforce d'autant plus que Moscou a également obtenu l'usage d'un autre point d'appui naval plus au sud : celui de Otchamchira, en Abkhazie.

 

Les unités actuellement déployées à Novorossiïsk sont :

  • la 184e brigade de garde-côtes, composée de la 181e division des navires de lutte anti-navires (3 unités), et de la 170e division des dragueurs de mines (9 unités).
  • la 166e division des petits navires lance-missiles (appartient à la 41e brigade des navires lance-missiles) : 4 unités.

Outre ces unités, la base navale de Novorossiïsk abrite également les unités de l'artillerie côtière unifiée, des unités de l'infanterie de Marine et du Génie, des navires de recherche et de sauvetage, des unités du service hydrographique, des unités de soutien logistique ainsi que des infrastructures pour la réparation des navires. La zone de compétence des unités stationnées à Novorossiïsk s'étend de la frontière entre la Russie et la Géorgie, au détroit de Kertch.

 

Aussi, la base nouvelle navale actuellement en construction à Novorossiïsk doit avant tout permettre à la Russie de disposer d'une base pour sa Flotte de la mer Noire dans le cas d'une perte des facilités navales situées en Crimée après 2042. Le site de Novorossiïsk, malgré certains désavantages, se trouve néanmoins à proximité immédiate du Caucase où la Russie entend protéger ses intérêts et contenir l'influence d'acteurs internationaux étrangers, quitte à faire usage de la force (cf. conflit russo-géorgien d'août 2008). A ce titre, rappelons que Moscou est lié par des accords de défense avec l'Abkhazie dont elle a reconnu l'indépendance.

Le déploiement d'unités dans la base navale de Novorossiïsk d'ici 2020 ne signifie par pour autant que Moscou entend renoncer à l'usage de Sébastopol. Au contraire,  il est fort probable que, même après 2042, la Russie cherche à y conserver des positions. Plus généralement, la modrnisation de la Flotte de la mer Noire est aujourd'hui l'une des priorités du Minsitère de la Défense russe (frégates du Projet 11356, sous-marins du Projet 636...).

 

Sources : forum.sevastopol.info ; Rossiskaia gazeta ; Lenta.ru ; Kommersant ; Redstars ; Arm-TASS ; flot.sevastopol.info

 

Pour aller plus loin :

Mauvaise note pour la Flotte de la mer Noire.

La Flotte russe de la mer Noire recevra 6 nouveaux sous-marins.

La Flotte de la mer Noire recevra des Su-30SM.

Tag(s) : #Bases navales