Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Chine projetterait d'acheter des missiles "Club" pour équiper ses sous-marins.

24 Août 2011 , Rédigé par Khan Publié dans #Surface

Selon un article publié par le centre de recherche américain Heritage Foundation, la Chine s'intéresserait au missile de croisière russe "Club" pour en équiper ses sous-marins.

 

La Chine a récemment été l'objet de nombreux articles dans la blogosphère suite à la sortie en mer pour des essais de son premier porte-avions, l'ex Variag soviétique. Toujours dans la même optique d'équiper sa Marine, Pékin semble de plus en plus s'intéresser au missile de croisière russe "Club" (SS-N-27 Sizzler), afin d'en équiper ses SNA de type 093 (classe Shang), et ses sous-marins classiques de type 041 (classe Yuan) et les Kilo achetés à la Russie. Le "Club" a fait l'objet d'une déclinaison originale et intéressante dénommée "Club-K".

Klub-k.jpg

Le 3M-54E Klub. Conçu pour engager les navires de surface, les submersibles et les cibles terrestres.

 

La particularité du "Club-K" réside dans son lanceur, constitué de 4 tubes incorporés dans un container d'aspect "classique", aisément transportable par la route, le rail ou la mer, et donc rendus quasi indétecables aux satellites qui auront bien des difficultés à opérer la distinction entre un container de fret et un lanceur. Cette particularité confère donc au "Club-K" la capacité d'être disséminé à peu près n'importe où sur un territoire donné, voire sur le globe, et de n'être détecté qu'une fois le missile tiré. D'après Robert Hewson (Jane's Defense Weekly), "le Club-K donne une capacité de frappe de précision et à longue portée à des véhicules qui peuvent se déplacer presque partout sur Terre sans attirer l'attention". D'après le chercheur, le prix d'un lanceur situerait dans une fourchette allant de $10 à $20 millions.

Une fois tirés, les missiles sont guidés par satellite, actuellement le GPS américain ou le GLONASS russe, et d'ici quelques années, le Galiléo européen voire, pourquoi pas, le Beidou 2 chinois. Le guidage peut également s'effectuer à partir d'une plateforme aérienne.

Le missile peut non seulement embarquer des charges militaires conventionnelles, mais sa proche parenté avec le missile de croisière soviétique RK-55 (SSC-X-4 Slingshot) lui permet également d'emporter une charge nucléaire ou une bombe électromagnétique (E-bomb).


club-k02154

Les différents vecteurs pouvant transporter le container lanceur du "Club-K". Le principe stratégique d'ubiquité des forces prend tout son sens.

 

Conçu par la firme russe Kontsern Morinformsistema-Agat (Moscou) à partir d'un missile fabriqué par la société russe Novator, le système "Club-K" aurait encore été au stade du concept au printemps dernier (Mikhaïl Barabanov, CAST). Il aurait d'emblée suscité l'intérêt de clients comme les Emirats Arabes Unis, attirés par le concept de la "Boîte de Pandore". Aujourd'hui, ce serait au tour de la Chine d'être intéressée par le "Club-K". Novator fournit une large gamme de missiles : missiles ASM, surface-air, missiles lancés depuis un submersible, ainsi qu'un missile dont le second étage se détache après le lancement et accélère jusqu'à acquérir la vitesse supersonique de Mach 3.0 avant de frapper sa cible. Ce dernier missile, qualifié de "tueur de porte-avions" par le chercheur Robert Hewson pourrait particulièrement intéresser les Chinois.

 

Sources : Voenii Paritet, Alliance géostratégique, Reuters, Heritage Foundation, Deagel.

 

Pour aller plus loin :


 The Club-k : a Deadly "Pandora Box" of Cruise Missiles (Heritage Foundation).

 

Vidéo promotionnelle du "Club-K" (constructeur) :

 

Caractéristiques du "Club" :
Diamètre : 533mm
Longueur : 6.2 m
Charge militaire : 400 kg
Charge totale : 1,800 kg
Vitesse de croisière : Mach 0.80
Portée : 300 km

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article