Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La démolition de l'épave du croiseur Mourmansk entre dans sa phase finale.

21 Mai 2012 , Rédigé par Khan Publié dans #Actualité

Il y a dix-huit ans, alors qu'elle était remorquée vers l'Inde pour y être démantelée, l'épave du croiseur Mourmansk avait fini sa course en s'échouant sur les côtes norvégiennes. D'ici quelques jours, la démolition de l'épave pourra enfin débuter.

 

Le 24 décembre 1994, alors qu'elle fait route vers l'Inde pour y être démantelée, l'épave du croiseur Mourmansk vient s'échouer sur les côtes norvégiennes après que les câbles qui la reliaient à son remoqueur aient cédé. C'est en 2009 que le gouvernement norvégien décide de lancer un chantier sur le site où s'est échoué le bâtiment afin de le démolir in situ. Le Mourmansk, un croiseur du Projet 68 (classe Sverdlov) était entré en service au sein de la Flotte du Nord en 1955, et avait été retiré du service en 1989 (voir photo ci-dessous).

krysseren_murmansk_gammelt-bilde.jpg

Aujourd'hui, le dispositif (voir photos ci-dessous) qui doit servir à créer une cale sèche autour de l'épave est opérationnel, ce qui autorise le lancement des travaux de découpe. La société responsable du chantier, AF Decom, a en effet terminé de rendre hermétique les digues artificielles érigées autour du Mourmansk. Il reste toutefois encore de l'eau autour de l'épave, ce qui n'empêche pas les travaux préliminaires, notamment l'étude de la coque, qui précèdent la démolition du navire.

murmansk_frontpage.jpg

D'après l'administration côtière norvégienne, l'épave du Mourmansk est dans un très mauvais état. Le temps, le sel et les vagues l'ont considérablement fragilisé au cours des 20 dernières années. Aucun opérateur n'entrera dans l'épave avant qu'elle n'ait été ouverte de l'extérieur. Dans un second temps, elle sera découpée section par section.

7203166848 fc8829ff00 b

Source : Barents Observer ; Russian ships.info Photos : Norwegian Coastal Administration.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article