Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Marine russe approuve le projet de futur destroyer

13 Février 2013 , Rédigé par Khan Publié dans #Surface

Le commandement de la Marine russe a approuvé le projet de futur destroyer présenté par le bureau d'étude Severnoe (Saint-Pétersbourg). S'il est mené à son terme, ce projet aboutira à la construction du plus important bâtiment de guerre russe depuis la chute de l'URSS.

Projet 1164 Moskva

La Marine russe a approuvé le projet de destroyer de nouvelle génération présenté par le bureau d'étude Severnoe de Saint-Pétersbourg, un bureau qui au cours de l'époque soviétique avait notamment conçu parmi les plus importants bâtiments de  guerre de l'URSS : les croiseurs lance-missiles du Projet 1164 Atlant (croiseur Moskva, navire amiral de la flotte de la mer Noire, photo ci-dessus), les grands navires de lutte ASM du Projet 1155, les croiseurs nucléaires du Projet 1164 Kirov (le Pierre le Grand, navire amiral de la flotte du Nord) et les destroyers du Projet 956 qui ont notamment connu un certain succès à  l'export avec 4 unités vendues à la Chine au cours des année 2000. Fort de son expérience, Severnoe a donc présenté à la Marine russe un projet de destroyer d'un déplacement de 12 000 tonnes, supérieur à celui du destroyer du Projet 21956 destiné en premier lieu à l'export (8 000 t à pleine charge, photo ci-dessous). Le dernier navire d'un tonnage comparable construit en Russie fut le croiseur nucléaire lance-missiles Youri Andopov, futur Pierre le Grand, mis sur cale en 1986 à l'usine de la Baltique (ASA en 1998 dans la flotte du Nord).

Bien que le lieu de construction n'ait pas encore été officiellement décidé, il semblerait que ce soit le chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg) qui soit présenti.

Projet 21956.2

Projet 21956.3

Il est prévu qu'au cours des 2 à 3 prochaines années, le bureau élabore la documentation technique du navire, travaille sur son apparence et son armement. Concernant ce dernier point, l'armement du futur destroyer sera conséquent (comme souvent depuis les croiseurs du Projet 1164 et 1144) et à la hauteur des missions qui lui incomberont. Il s'agira en effet d'un destroyer polyvalent capable de mettre en oeuvre des missions de lutte ASM, de lutte anti-aérienne, d'assurer une défense anti-missile de théâtre, voire élargie à un espace plus conséquent, et apte à appuyer des opérations terrestres menées par une task force. En conséquence, le destroyer de nouvelle génération mettra en oeuvre des torpilles et sera doté d'une station hydroacoustique pour la lutte ASM. Il sera également équipé de missiles anti-surface et de mettra en oeuvre des missiles de croisière (probablement de type Club). Il disposera enfin de systèmes anti-missiles dont le S-500 Prométhée.

 

Le destroyer de nouvelle génération devrait également remplir des missions d'escorte des Mistrals russes, et au-delà, assurer la protection du futur groupe aéronaval russe formé autour du prochain porte-avions nucléaire, dont le projet n'a pas encore été présenté. Selon un contre-amiral russe à la retraite interrogé par le quotidien Izvestia, la Marine aurait besoin, au minimum, de trois unités. Toutefois, il estime que qu'un nombre de neuf unités déployées entre les flottes du Nord et du Pacifique serait idéal, avec cinq autres unités dans la mer Baltique. Selon lui, les premières unités devraient prioritairement être envoyées dans le Pacificique.

 

Au mois de juin dernier, le directeur d'OSK (holding des constructions navales russes) avait déclaré à l'occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg, que la Russie mettrait sur cale le premier exemplaire du futur destroyer en 2016, qu'un total de 6 unités soit construit. Le calendrier semble pour le moment conformité avec ces dernières déclarations.

 

Sources : Izvestia ; i-mash ; RIA Novosti.

 

Pour aller plus loin :

Article d'Izvestia (en russe)

La Russie prévoit de construire un destroyer de nouvelle génération en 2016.

Le futur porte-avions russe sera construit après 2020.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article