Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La modernisation des forces sous-marines russes

8 Octobre 2013 , Rédigé par Khan Publié dans #Sous-marins

La mise en oeuvre du programme de modernisation des forces navales russes pour la période 2011-2020 se poursuit. Voici un récapitulatif des projets en cours de développement pour la composante sous-marine. Un prochain article traitera des forces de surface.

 

Sous-marins nucléaires

 

SNLE du Projet 955 Boreï et Projet 955A Boreï A :

 

La ministère de la Défense russe a prévu de disposer de 8 SNLE de type Boreï en 2020 qui seront affectés aux flottes du Nord et du Pacifique.Ces SNLE doivent constituer la future épine dorsale de la force de dissuasion nucléaire océanique russe en remplacement des sous-marins de type Delta III et Delta IV. Ils seront dotés du missile balistique intercontinentale Boulava (SS-NX-32, version navalisée du SS-27 Topol-M). Les Boreï doivent disposer de capacités anti-aériennes (le type de missile n'a pas encore été annoncé) et de capacités anti-surface (très probablement des missiles Klub-S).

L'unité tête de série, le K-535 Iouri Dolgorouki (Projet 955), a été remise à la marine au mois de janvier 2013 par Sevmash (Severodvinsk). Le submersible est arrivé au début du mois de septembre dernier à la base de Gadzhievo (flotte du Nord) où il a été rattaché à la 31e diviziya des sous-marins. Sa disponibilité opérationnelle est prévue pour le premier trimestre 2014. La seconde unité, le K-550 Alexandre Nevski (Projet 955), est censé être admis au service actif le 15 novembre prochain. Toutefois, l'échec du tir d'essai du missile Boulava le 6 septembre dernier à partir de ce même bâtiment a eu pour conséquence l'arrêt des essais officiels du K-550. Aussi, son admission au service actif au mois de novembre paraît compromise d'autant plus que le K-535 comme le K-550 ne disposeraient pas des missiles qu'ils doivent embarquer. Le lot de Boulava a en effet été retourné au fabricant suite à l'échec du tir d'essai le 6 septembre. La seconde unité de série, le K-551 Vladimir Monomakh (Projet 955), a été mise à l'eau en janvier 2013. Le K-551 a entamé ses premiers essais en mer au début du mois de septembre 2013, et est retourné à sa base le 7 octobre dernier : les essais ont manifestement était réalisés avec succès après 25 jours passés en mer. Son admission au service actif ne devrait pas avoir lieu avant 2014 (malgré un l'objectif affiché au départ d'une ASA d'ici fin 2013) et Sevmash a annoncé que les tests (usines et officiels) doivent être poursuivis jusqu'à la fin de l'année. La construction de la quatrième unité, le Kniaz Vladimir (Projet 955A) se poursuit avec une mise à l'eau prévue pour 2017. Deux autres unités du Projet 955A devraient être mises sur cale d'ici la fin 2013 : le Alexandre Souvorov et le Mikhaïl Koutouzov, et leur mise à l'eau est prévue respectivement pour 2018 et 2019. Etant donné le rythme moyen de construction des trois premières unités (environ 8 années, entre la mise sur cale et la mise à l'eau), l'objectif de disposer de 8 unités opérationnelles en 2020 semble difficilement réalisable; 2023 paraît plus réaliste. Il convient toutefois de noter que le retard accumulé dans la construction de ces unités "laisse autant de temps" pour résoudre les problèmes liés au missile Boulava.

 

SSGN du Projet 885 Yasen et Projet 885.1 Yasen 1 :

 

Ce programme de submersible de quatrième génération doit mettre en oeuvre les types de missions réalisées par les sous-marins des projets 945, 949 et 971. L'objectif annoncé est celui de 7 à 8 unités opérationnelles en 2020. Les Yasen doivent être dotés de missiles anti-navires SS-N-27 (Klub-S), de missiles SS-N-30 Kalibr pour les cibles à terre et de SS-N-15 pour la lutte anti-aérienne (ces derniers missiles sont tirés à partir des tubes lance-torpilles). Un tir d'essai de missile Kalibr a été réalisé en mer Blanche au mois de novembre 2012. Le type de réacteur nucléaire qui équipe les Yasen a été décrit comme appartenant à un nouveau type avec un coeur disposant d'une durée de vie de 25 ans. Ce programme de submersibles paraît toutefois très compromis en terme de délai de livraison.

La première unité, le K-329 Severodvinsk, a été mise à l'eau en 2010, et son ASA était prévue d'ici la fin de l'année 2013. Toutefois, suite aux essais officiels réalisés en mer cet été, la livraison du submersible semble repoussée dans le meilleur des cas au printemps 2014. Le K-329 devrait reprendre son cycle d'essais officiels en novembre-décembre. Il semblerait que les essais aient révélé des problèmes au niveau des arbres porte-hélices et du système d'armement (missile de croisière Kalibr). Depuis 2011, le Severodvinsk a réalisé près de 14  sorties en mer pour des essais. Par ailleurs, les infrastructures censées accueillir le submersible au sein de la flotte du Nord ne sont pas encore prêtes. La seconde unité, le K-561 (?) Kazan (Projet 885.1), devait être admise au service actif en 2015, mais Sevmash a d'ores et déjà repoussé la livraison à 2017. Enfin, la troisième unité, le K-573 Novossibirsk a été mis sur cale par Sevmash le 26 juillet dernier : sa livraison est prévue pour 2017. Compte tenu des difficultés rencontrées par ce projet, l'objectif de 8, ou même 7, unités opérationnelles en 2020 est pratiquement irréalisable. Si l'on admet que le Kazan sera livré en 2017, Sevmash aura mis huit années à construire ce submersible. Si l'on admet également que Sevmash procède à une mise sur cale par an jusqu'à atteindre l'objectif de 7 unités, alors le dernier sous-marin de type Yasen 1 devrait être livré en 2025.

 

Sous-marins classiques

 

SSK du Projet 677 Lada :

 

Les sous-marins d'attaque du Projet 677 doivent être équipés de missiles SS-N-27 pour la lutte anti-surface et de SS-N-30 pour traiter les cibles terrestres. La version export de ces submersibles est le Amour-1650. L'objectif annoncé est celui de 8 unités construites d'ici 2020 avec des affectations dans la flotte du Nord et de la Baltique. Il a même été question à un moment d'affecter une ou deux de ces unités en mer Noire. Toutefois, ce projet rencontre d'importantes difficultés liées à son système de propulsion.

La première unité, le B-585 Saint-Pétersbourg, a été mise à l'eau en 2004 par le chantier naval de l'Amirauté (Saint-Pétersbourg), admise au sein de la marine en 2010, mais poursuit toujours ses essais. La construction de la seconde unité, le B-586 Cronstadt, qui avait été suspendue en 2012, a été reprise en avril 2013. Cette unité pourrait recevoir une batterie lithium-ion. Les premiers essais en mer pourraient intervenir dès 2015 et sa livraison est prévue pour 2016. La livraison de ces deux premiers bâtiments est attendue d'ici 2017, et ils devraient être tous les deux affectés à la flotte du Nord. La troisième unité, le B-587 Sébastopol, a été mise sur cale en 2006, et pourrait recevoir une propulsion anaérobie. Ses essais en mer pourraient intervenir en 2017. Etant donné là également le rythme de construction, l'objectif de 8 unités opérationnelles en 2020 semble impossible à atteindre si le projet est poursuivi. Si le B-586 et le B-587 sont mis à l'eau respectivement en 2015 et 2017, leur construction aura duré près de 10 années. En cas de renoncement à la poursuite du projet, la marine disposera de trois sous-marins du même projet, mais relativement différents, ce qui compliquera leur maintenance.

 

SSK du Projet 636.3 Kilo :

 

Il s'agit de la version améliorée du Projet 636 elle-même dérivé de la classe Paltus soviétique (Projet 877). La marine russe a prévu de disposer de 6 unités de ce type à l'horizon 2020, toutes affectées à la flotte de la mer Noire.Ces unités doivent notamment être dotées du missile anti-navires SS-N-27.

La première unité, le B-261 Novorossisk a été mise sur cale en 2010 au chantier naval de l'Amirauté et sa mise à l'eau devait intervenir d'ici la fin de l'année 2013, mais elle a récemment été repoussée à 2014. Deux autres unités sont cours de construction :  le B-237 Rostov-sur-le-Don (mis sur cale en novembre 2011) et le Stariy Oskol (mis sur cale en août 2012). Leur ASA devrait intervenir d'ici 2017. Une quatrième unité devrait être mise sur cale d'ici la fin 2013, toutefois la retard dans la livraison du B-261 de même que la nécéssité d'honorer les commandes à l'export (Vietnam) vont probablement obliger le chantier naval de l'Amirauté à repousser cette mise en chantier. Néanmoins, et malgré l'encombrement des cales, ce projet de construction de submersibles demeure le plus réalisable de tous ceux entrepris à ce jour pour la marine russe. Il repose sur des technologies éprouvées dérivées du Projet 877 soviétique et bénéficie de l'expérience accumulée pour les commandes à l'exort (Algérie, Inde, Chine...). Etant donné le rythme de construction, les 6 unités devraient être livrées d'ici 2020.

 

Modernisations de projets existants :


Les derniers mois ont été ponctuées par des annonces relatives à des projets de modernisations de submersibles de 3e génération. Ces annonces mettent en lumière la nécéssité pour la marine russe de se préparer face au risque de vide capacitaire causé par les retards accumulés dans la construction des submersibles de 4e génération (Projets 955 et 885). En outre, ils illustrent la trop grande tendance de l'industrie navale russe à se reposer sur la rente technique soviétique et les difficultés à innover et mettre en oeuvre de projets de nouvelle génération. D'ici 2020, il est prévu de moderniser 12 (14?) unités parmis les projets 945, 949 et 971.

 

SNLE du Projet 667 BDR et Projet 667 BDRM :

 

Il s'agit aujourd'hui de l'épine dorsale de la composante sous-marine de la dissuasion nucléaire russe. La marine dispose de 3 unités du Projet 667 BDR (Delta III) et de 6 unités du Projet 667 BDRM (Delta IV). Un tir d'essai d'un missile Sineva depuis le K-114 Tula a été réalisé avec succès le 11 octobre 2008. Ces submersibles mettent en oeuvre les missiles SS-N-23 Sineva dont 4 Delta IV sont dotés à ce jour (16 missiles par unité). Toutefois, il est prévu que ces sous-marins mettent en oeuvre une version améliorée de ce missile : le R-29RMU2 Layner. La dotation des Delta III en Sineva a été manifestement suspendue. La principale différence réside dans le nombre de têtes embarquées qui est plus élevé dans le cas du Layner (jusqu'à 10 têtes). Cette amélioration devrait permettre aux forces sous-marines stratégiques d'attendre la mise en service des Boreï et du Boulava.

 

SSN du Projet 971 :

 

Six unités du Projet 971M doivent être modernisées d'ici 2020. Le chantier naval Zvezdotchka (Severodvinsk) devrait procéder à la modernisation des SSN du Projet 971 et les faire passer de la "génération 3" à la "génération 3+" (Projet 971M). Il s'agit de parer à un vide capacitaire résultant des retards accumlés par la construction des submersibles de quatrième génération du Projet 885. Six unités sont en service dans la flotte du Nord et 7 dans la flotte du Pacifique avec différents degrés de disponibilité opérationnelle. Le K-328 Léopard, qui est arrivé à Zvezdotchka en juin 2011, a entamé sa modernisation en mai 2012, et devrait être remis à la marine fin 2014 : il mettra alors en oeuvre des missiles Kalibr. Le K-461 Volk fera également l'objet d'une modernisation. Zvezdoctchka sera également en charge de la modernisation des K-295 Samara et K-391 Bratsk (flotte du Pacifique). Cette décision est intervenue suite à  l'incapacité des infrastructures situées en Extrême-Orient à mettre en oeuvre l'entretien et la modernisation des submersibles.

 

SSGN du Projet 949A :


La marine a prévu de moderniser 4 unités d'ici 2020 afin qu'elles puissent mettre en oeuvre le missile Kalibr à la place des SS-N-19 actuellement en dotation. Il est par ailleurs prévu de terminer le K-329 Belgorod. Ce dernier sous-marin doit cependant servir à des opérations spéciales.

 

SSN du Projet 945 et 945A :

 

La marine russe a annoncé qu'elle entendait moderniser des submersibles du Projet 945 Barrakuda et du Projet 945A Kondor. Cette modernisation doit également servir à pallier au vide capacitaire créer par le retard dans la mise en service des Yasen. Les K-329 Karp et le K-276 Kostroma (Projet 945) ainsi que les K-534 Nijni-Novgorod et K-336 Pskov, tous affectés à la flotte du Nord (7e diviziya des sous-marins, Vidyaevo) sont concernés. Le Karp est attente d'IPER à Zvezdotchka depuis 1994 tandis que le Pskov est au centre Nerpa. Les travaux de modernisation de Karp pourraient durer jusqu'à 2016-2017, après quoi Zvezdocthka entamera la mise à niveau du K-276. L'objectif affiché est de mettre ces submersibles au niveau technique des Yasen, en les dotant notamment de missiles Kalibr à la place des SS-N-21 actuellement en dotation.

 

Sources : IHS Jane's Fighting Ships 2013-2014; Flotprom; Armstrade; Soumarsov; Russian ships.info; Sevmash; vpk-name; veille stratégique de l'auteur.

 

Pour aller plus loin :

Zvezdotchka modernisera les SSN du Projet 971

Les sous-marins nucléaires de type Barrakuda et Kondor transformés en Yasen

Journée du sous-marinier en Russie

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article