Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Russie obtiendra les "Mistral" avec leurs systémes électroniques (Ministère de la défense russe).

13 Avril 2011 , Rédigé par Khan Publié dans #BPC pour la Russie

Les derniers développements concernant la vente par la France de BPC de type "Mistral" à la Russie faisaient état de blocages au niveau du transfert des systèmes électroniques équipant les navires. Une source haut placée au Ministère russe de la défense a toutefois indiqué aujourd'hui que Moscou comptait bien acheter les navires avec tous leurs systèmes électroniques.

 

Après la question du prix des navires qui semblait encore récemment compromettre l'aboutissement du contrat franco-russe, la question du transfert par Paris à Moscou des systèmes électroniques embarqués sur le Mistral (système Senit-9, pour Système d'Exploitation Navale des Informations Tactiques, et non pas "Zenith" comme il est malencontreusement indiqué dans l'édition électronique du Figaro..., et le système de commandement SIC-21) constitue de nouveau la nouvelle pierre sur laquelle achoppent les négociations entre les Russes et les Français.

Comme l'évoque le journal russe Vedomosti, la question du réglement de ce contrat semble devoir désormais trouver sa solution au plus haut niveau. L'occasion pourrait être celle du prochain sommet du G20 en mai à Deauville, au cours duquel Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy se rencontreront.

 

En attendant, un fonctionnaire haut placé au sein du Ministère russe de la défense a aujourd'hui confié à l'agence de presse russe RIA Novosti que Moscou insiterait sur le fait que les navires soient construits et livrés avec l'intégralité de leurs systèmes électroniques.

"Dans le cadre de l'accord bilatéral, il a été convenu que la partie française [...] intégrerait les sytèmes dans les navires afin de répondre pleinement aux exigences de la Marine russe" a indiqué la source, avant de poursuivre en affirmant que le contrat portait non seulement sur la fourniture à la Russie de 2 navires de type "Mistral" construits à Saint-Nazaire, mais également sur la livraison des pièces et des outils ainsi que de toute la documentation nécessaire à la réalisation sous licence de 2 exemplaires supplémentaires en Russie.

Une source russe proche des négociations avait déclaré à RIA Novosti au mois de décembre 2010 que le premier "Mistral" serait construit en France pour le compte de la Russie à partir de la fin 2013-début 2014, et que le second le serait à compter de la fin 2014-début 2015.

 

Mistral.jpg

Le BPC Mistral à Saint-Pétersbourg, à la fin du mois de novembre 2009.

 

Source: RIA Novosti.

 

En ce qui concerne la construction des 2 exemplaires en Russie, la question du lieu de leur construction s'est rapidement posée. Les Russes ne disposent en effet plus de capacités suffisantes pour construite de tels navires (21.300 de déplacement à pleine charge et près de 200 mètres de long) qui se trouvaient auparavant à Nikolaïev, en Ukraine. Deux options semblent avoir été envisagées à ce jour par la partie russe: une extension aux chantiers naval Yantar (Kaliningrad), ou de nouvelles infrastructures du côté des chantiers de l'Amirauté,à Cronstadt (Russie). Cette dernière solution était évoquée au sein d'un de nos précédents articles.

Pour ce qui est des sytèmes électroniques, nous pouvons nous demander dans quelle mesure la Marine russe pourrait s'en servir étant donné qu'elle utilise des systèmes différents du SENIT et du SIC-21 pour ses communications et la gestion de l'environnement tactique.

Elle devra donc installer ses propres appareils et systèmes si elle veut que ses "Mistral" puissent communiquer avec le reste des unités à mer et à terre.

Cela étant, le SIC-21 a été conçu pour être totalement compatible avec les standards de sécurité de l'OTAN, et c'est probalement là que se situe le coeur du problème sur lequel buttent les négociations franco-russes.

La conclusion de ce contrat a en effet déjà suscité suffisement de vague au sein même de l'OTAN,  alors qu'en serait-il si Paris vendait effectivement les "Mistral" avec tous leurs systèmes électroniques? Enjeux politiques ou véritables questions de sécurité des systèmes d'information de l'OTAN ?

Probalement un peu des deux...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article