Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un navire russe transportant une "cargaison dangeureuse" est arrivé à Tartous après une halte à Chypre.

 

Le Chariot, un navire appartenant à une compagnir russe basée à Saint-Pétersbourg, Westberg Ltd, a quitté St-Pétersbourg le 9 décembre dernier. Le navire a été autorisé à entrer dans le port chypriote de Limassol le 10 janvier, suite à une météo défavorable. Cette halte a également été l'occasion pour le navire de recharger ses cuves.

Au cours d'une inspection menées à bord par les autorités chypriotes, il a été "mis en évidence que le Chariot transportait une cargaison dangeureuse à destination de la Syrie et de la Turquie". Toutefois, les inspecteurs n'ont pu procéder à l'ouverture et à la vérification de quatre containers situés à bord du navire. Après des consultations entre les autorités chypriotes et le propriétaire du navire, le Chariot a été autorisé à quitter Limassol à la condition de ne pas se rendre en Syrie en raison des mesures de restrictions dans les échanges entre l'UE et la Syrie émises par le Conseil de l'Union européenne. La nouvelle destination décidée n'a cependant pas été révélée par Chypre.

 

Selon la compagnie Westberg Ltd, une fois en mer, le Chariot a néanmoins poursuivi sa route en direction de la Syrie. "La cargaison a été classée comme dangeureuse, mais cela peut correspondre à tout et n'importe quoi. Nous ne sommes pas responsable de ce qui est à l'intérieur des containers" a indiqué une source au sein de la compagnie maritime. Cette même source a refusé de confirmer certaines hypothèses émises par des médias russes selon lesquels le navire transporterait une cargaison pour le compte de Rosoboronexport (Agence fédérale russe d'exportation d'armements, ndlr). Cette transaction serait notamment réalisée à travers une compagnie de frêt nommée Balchart.

L'AFP a contacté Rosoboronexport et Balchart qui se sont refusés toutes deux à faire des commentaires.

 

D'après un analyste militaire russe indépendant, il est probable que la destination du bâtiment soit le port syrien de Tartous. Selon certains médias, la cargaison du navire serait constituée de 35 à 60 tonnes de munitions et explosifs. Un analyste maritime, Mikhaïl Voïtenko, a indiqué dans son bulletin maritime du 12 janvier que le Chariot a emprunté une route le menant à Tartous où la Russie dispose, rappelons le, d'un point d'appui logistique pour sa Marine. D'après lui, la position exacte du navire ne peut plus être déterminée car les instruments de positionnement situés à bord ont tous été désactivés à mi chemin entre Chypre et la Syrie.

 

Aujourd'hui, le site de l'agence d'information russe Vesti a indiqué que le navire était bien arrivé à Tartous, relayant ainsi les informations livrées par le journal turc Hurriyet qui se réfère lui-même au Ministère turc des Affaires étrangères.

rus-syr.jpg

Officiers russes et syriens lors de la visite du groupe aéronaval russe à Tartous.Source : SANA.

 

Pendant ce temps, le groupe aéronaval russe poursuit la croisière en Méditerranée. Après une halte à Tartous qui s'est achevée le 10 janvier dernier, les navires russes ont regagné la haute-mer où ils se livrent à des exercices. Les pilotes de l'aéronavale embarquée à bord du porte-avion Amiral Kouznetsov ont notamment poursuivi leurs entrainements aux manoeuvres d'appontage et de décollage.

 

Sources : AFP ; Defense News ; site du MinDéf russe.

 

Commentaire :

Cette affaire de navire rappelle celle de l'Artic Sea.

 

Pour aller plus loin :

Le groupe aéronaval russe fait escale en Syrie.

Le Kouznetsov à la rencontre du Bush.

Le porte-avions Amiral Kouznetsov a appareillé pour la Méditerranée.

 

 

 

 

Tag(s) : #Actualité