Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Une seule coque pour deux missions" (Nezavissimaïa Gazeta)

4 Avril 2011 , Rédigé par Khan Publié dans #Sous-marins

Voici la traduction d'un article publié le 1er avril 2011 dans Nezavissimaïa Gazeta qui illustre les difficultés rencontrées à l'heure actuelle en Russie pour concilier les ambitions politico-militaires du pays avec ses réalités économiques.

 

"Des représentants de l'Etat-major de la Marine russe ont fait une série de déclarations détonnantes.

Certaines d'entre elle portaient notamment sur la création du sous-marin nucléaire de 4e génération du Projet 885 Yasen dont le submersible "Severodvinsk" constitue la tête de série. Selon un représentant de la Marine qui a tenu à conserver l'anonymat, la Marine recevra 10 de ces navires d'ici 2020. La 3e unité du Projet 885 doit être mise sur cale au plus tard cette année [La première unité est le K-329 "Severodvink" et la seconde, le "Kazan", a été mise sur cale au mois de juillet 2009 par Sevmash, ndlr].

 

Si l'on considère que le "Severodvinsk", en construction depuis 1993 dans les chantiers navals du Nord, n'est toujours pas entré en dotation dans la Marine, alors, on ne peut bien sûr que très difficilement croire à ces déclarations optimistes. [...].  Selon les déclarations de l'ancien secrétaire au Conseil de sécurité russe et ancien premier vice-Ministre de la Défense, actuellement député à la Douma, l'académicien Andreï Kokochine, le programme national d'armement intègre déjà la construction de sous-marins nucléaires de 5e génération. En outre, la création de ces sous-marins prévoit une coque unique pour les navires polyvalents ainsi que pour les SNLE. Les bureaux Rubin et Malakhit, qui sont spécialisés respectivement dans la conception de sous-marins nucléaires et polyvalents, travaillent ensemble à leur conception. Les submersibles de 5e génération posséderont une faible signature accoustique, un système de contrôle automatisé, des réacteurs plus sûrs et des armes d'une plus grande portée.

 

Yasen1.jpgLe Projet 885 Yasen, classe Granay.

 

Kokochine a rappelé que la conception de ces sous-marins de 5e génération a été élaborée au cours des années 1990, conjointement par le commandant adjoint pour l'armement de la Marine, par la Direction du chef de l'armement du Minsistère russe de la défense et par le Comité sur la politique militaro-technique de l'armée russe. Les adjoints au commandant en chef de la Marine, l'Amiral Valérii Grichanov, et le vice-Amiral Mikhaïl Braskov ont joué un rôle particulier sur ce sujet. Cette décision "d'unifier" la coque, a poursuivi Kokochine, permettra de réduire considérablement les coût de développement, et donc ceux des SNLE et des sous-marins polyvalents.

 

[...]".


Une même structure pour deux missions bien distinctes, celles assurées par les SNLE, et celles dévolues aux SNA; voilà de quoi donner matière à débattre aux stratèges et à ceux qui conçoivent les doctrines navales. En tous les cas, du côté de Rubin et Malakhit, ça doit bosser dur... Cet article vient clairement nuancer les propos manifestement optimistes du commandant par intérim de la flotte du Nord que nous évoquions précédemment.

Avis aux amateurs et spécialistes...


Traduction: auteur du blog.

L'article est intégralement disponible (en russe) ici.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thibault Lamidel 08/04/2011 17:33


Je voudrais rajouter quelques éléments :
- les Russes tirent peut être les leçons du décalage de la construction des sous-marins de quatrième génération. Il a été dit, ici ou là, que les autres Boreï n'auront moins en commun avec le
premier de la série qu'entre-eux, en raison de ce décalage. Il me semble avoir lu la même chose pour les Yassen.

- Cette volonté de faire une coque unique serait peut être une solution pragmatique : réutiliser l'expérience acquise avec les futurs Boreï pour en dériver une classe moins coûteuse de SSGN, en
comparaison des Yassen. Je veux dire par là : amortir au maximum les études réalisés pour les Boreï pour faire une série plus longue de SSGN que les type 885. Sur une longue durée, cette solution
sera peut être moins coûteuse en terme d'entretien et de formation.

J'ai fait un petit billet sur mon blog qui reprend le commentaire. Je dis dans les deux cas que cette coque unique est possible si les tonnages des SNLE et SNA sont voisin.

Mais, j'ai oublié de dire que cela suppose aussi que les exigences accoustiques soient voisines ! Il est complexe de déterminer ces exigences, mais, un Triomphant coûterait entre 2,5 et 3,8
milliards d'euros (avec ou sans M-45/51 surement) alors qu'un Suffren coûterait entre 1000 et 1300 millions d'euros.


Thibault Lamidel 07/04/2011 17:00


Bonjour,

Je ne suis pas choqué par ces déclarations, celles concernant les sous-marins de cinquième génération.

A priori, en France ou en Grande-Bretagne, il est bien compliqué de faire une coque unique pour des SNA de 5 ou 7000 tommes (classes Suffren et Astute).

Par contre, en Russie, c'est tout à fait plausible puisque la marine de ce pays, comme celle des Etats-Unis, met en oeuvre des "SNA lourds" de plus de 9000 tonnes. Les SSGN de ces deux pays
atteignent la classe des 15 000 tonnes.

Donc, dans cette direction là, il est fortement possible pour la Russie de concevoir une "coque unique" puisque les SNLE et SNA évoluent dans les "mêmes eaux", si je puis oser.

Il restera une différence de gabarit, certes. Si j'observe le schéma représentant le Graney, alors, admettons que c'est le sous-marin de cinquième génération à coque unique (admettons, peu importe
la réalité). Il dispose déjà de silos à lancement vertical de missiles. Il suffirait de prévoir une tranche supplémentaire de silos pour en faire un SNLE, en caricaturant.

L'affaire est tout à fait plausible puisque les américains ont fait l'inverse : en transformant 4 SNLE Ohio en SSGN, ils ont convertis les silos à missiles balistiques, en silos à lancements de
missiles de croisière.

La standardisation et la polyvalence de ces silos, si elle est prévue dès la planche à papier (virtuel) est tout à fait possible.

La question se posera peut être également aux Etats-Unis puisque l'US Navy possède désormais des SSGN porteur de missiles de croisières, et possèdera peut être dans l'avenir, pour le "Prompt Global
Strike", de SSGN à missiles balistiques conventionnel. Est-ce que l'US Navy demandera une classe spécifique de SSGN ? Si oui, sera-t-elle du tonnage d'un Virginia ou d'un Ohio ?

En France et en Angleterre, nous n'en sommes peut être pas si éloigné. Je reprends mon idée de tranche additionnel, c'est ainsi que le système MESMA (AIP) est inséré dans les Scorpène (pendant ou
après la construction). L'Angleterre a étudié un "Astute SNLE" avec une tranche de 4 silos à missiles balistiques. Alors, pourquoi ne pas reprendre l'idée russe ? Nous aurions une limitation que
les russes n'ont pas : à moins de se contenter de 4 silos, et l'idée marcherait, il faudrait changer la puissance du réacteur. Ce que je veux dire, c'est qu'il y aura une puissance x pour propulser
un SNA de 5 ou 7000 tonnes, et qu'il faudra augmenter cette puissance (donc changer le réacteur, ou en ajouter un second) au-delà d'un certain nombre de tranches à silo que l'on insérera dans la
coque.

La chose n'est pas infaisable, mais elle pose de nombreuses questions. A Londres et Paris, on peut se demander comment fera-t-on tourner les bureaux d'études s'il ne reste qu'une classe ? L'export
?


Khan 08/04/2011 16:39



Bonjour,


Je te remercie pour ton commentaire et ton analyse qui viennent enrichir la problématique soulevée par l'article !


A vrai dire, je ne suis pas non plus choqué, seulement il me semble que le vrai problème ne réside pas tant dans le fait de concevoir une coque unique, mais bien, une fois de plus, dans les
délais liés à la conception d'un futur submersible de 5e génération.


Les Projets Borey arrivent...lentement, mais certes, surement. Pour les "gros" SNA, le Severodvinsk en est au stade des essais (à venir), et la livraison pour 2011 semble très optimiste.


Aussi, si l'idée de concevoir une coque unique pour 2 types de sumersibles procède de la volonté légitime de rationnaliser les coûts, il y a tout lieu de s'interroger sur les délais.